Macron rencontre des opposantes iraniennes, colère de Téhéran

Iran's Foreign Ministry spokesman Nasser Kanani speaks during a press conference in the capital Tehran on October 3, 2022. (Photo by ATTA KENARE / AFP)
ATTA KENARE / AFP Iran's Foreign Ministry spokesman Nasser Kanani speaks during a press conference in the capital Tehran on October 3, 2022. (Photo by ATTA KENARE / AFP)

IRAN - Les relations entre la France et l’Iran se tendent encore un peu plus. Téhéran a fustigé ce dimanche 13 novembre la rencontre à Paris du président français Emmanuel Macron avec des opposantes et a qualifié de « regrettables et honteuses » ses déclarations à l’issue de cette réunion.

Emmanuel Macron avait reçu vendredi, en marge du Forum de la paix organisé dans la capitale française, quatre militantes iraniennes, dont il avait salué la « révolution qu’elles sont en train de conduire » dans leur pays.

« Il s’agit d’une violation flagrante des responsabilités internationales de la France dans la lutte contre le terrorisme et la violence et nous considérons qu’elle favorise ces sinistres phénomènes », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Nasser Kanani.

Des déclarations « regrettables et honteuses »

Selon l’Élysée, en marge du Forum de Paris sur la paix, Emmanuel Macron a reçu vendredi une délégation composée de Masih Alinejad, une militante iranienne basée à New York qui encourage les femmes iraniennes à protester contre l’obligation du port du voile, Shima Babaei, qui se bat pour avoir des informations sur son père dont elle est sans nouvelles, Ladan Boroumand, cofondatrice d’une organisation de défense des droits basée à Washington, et Roya Piraei.

« Je suis reconnaissant à Masih Alinjad d’avoir offert cette opportunité afin que Roya et moi puissions rencontrer Macron en tant que jeune génération et porter la voix de la révolution populaire iranienne à ses oreilles. Cette réunion ne s’arrête pas là et il y a d’autres grandes nouvelles à venir », s’est réjouie Shima Babaei sur Twitter.

Nasser Kanini était, lui, beaucoup moins ravi. « Les déclarations de Macron quant à son soutien à cette soi-disant révolution menée par ces personnes sont regrettables et honteuses », a-t-il cinglé.

Faisant allusion à Masih Alinejad, le porte-parole iranien a ajouté : « Il est surprenant que le président d’un pays qui revendique la liberté s’abaisse à rencontrer une personne détestée (..) qui a tenté de répandre la haine et de procéder à des actes violents et terroristes en Iran et contre des représentations diplomatiques de l’Iran à l’étranger ».

Sept Français détenus en Iran

L’Iran est le théâtre de manifestations depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, arrêtée trois jours plus tôt par la police des mœurs pour avoir enfreint le strict code vestimentaire de la République islamique.

Par ailleurs, sept Français sont détenus en Iran, a déclaré la ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna samedi, dans un entretien au Parisien. « Il est plus important que jamais de rappeler à l’Iran ses obligations internationales. Si son objectif était de faire du chantage, ça ne doit pas fonctionner. C’est la mauvaise façon de s’y prendre avec la France », a-t-elle ajouté.

« Nous demandons leur libération immédiate, l’accès à la protection consulaire (...). Mon homologue iranien, avec qui j’ai eu une conversation longue et difficile, a pris l’engagement de respecter ce droit d’accès. J’attends qu’il soit concrétisé ».

À voir également sur Le Huffpost :

Lire aussi