Quand Macron refusait que la réforme des retraites soit "paramétrique"

RETRAITES - “Pas de réforme paramétrique”. Il y a presque un an, le chef de l’État ne prenait pas de gants pour dire ce qu’il ne souhaitait pas concernant la réforme des retraites. Lors de l’audience solennelle de rentrée de la Cour des comptes, le 22 janvier 2018, Emmanuel Macron avait défini les grands principes de la future loi sur les retraites. 

“Je refuse ce que j’appelle les réformes paramétriques, les approches comptables qui rognent des droits sans offrir de nouvelles perspectives”, avait-il notamment affirmé devant la plus haute juridiction financière. Des paroles qui semblent en contradiction avec les annonces officielles faites par le Premier ministre le 11 décembre dernier.

Durant son discours, Édouard Philippe avait notamment évoqué un âge pivot du départ en retraite qui devrait atteindre 64 ans. “Pour profiter de la hausse de l’espérance de vie sans augmenter les impôts, la seule solution, c’est de travailler un peu plus longtemps”, avait déclaré le Premier ministre devant le conseil économique social et environnemental.

Lors d’une conférence de presse à la sortie du Conseil de l’Europe vendredi 13 décembre, Emmanuel Macron ne s’est pas prononcé sur le sujet. Tout en se gardant pour plus tard cette porte de sortie. L’issue du conflit social nous dira si le président s’est dédit, ou non. “Au moment que je jugerai opportun pour m’exprimer, aux Françaises et aux Français, je le ferai depuis Paris”, a-t-il glissé en fin d’intervention depuis Strasbourg.

À voir également sur Le HuffPost

Retraites: entre les promesses de Macron et la réalité de la réforme, il y a comme un décalage

LIRE AUSSI:

Jean-Paul Delevoye a encore "oublié" de déclarer un poste

L'un des inspirateurs de la réforme des retraites déplore un "formidable gâchis"

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.