"Macron président de droite" : cette phrase qui énerve Olivier Véran

·1 min de lecture

Qualifier Emmanuel Macron de "président de droite", un acte qui ulcère Olivier Véran. Gare à Philippe Besson, donc. Loin des conférences de presse ou encore des débats houleux dans l'Hémicycle, le coronavirus n'étant pas son seul combat, il n'oublie pas qu'il est aussi le ministre des Solidarités. "Peu le savent", révèle ainsi le journaliste David Doukhan dans le quotidien Le Parisien ce mercredi 10 février, "mais il se déplace régulièrement (...) à la rencontre des plus précaires." C'est donc pour cette raison qu'il vole à la rescousse du président de la République face aux détracteurs qui affirmeraient que celui-ci se moque de la détresse des plus démunis.

"Les mesures contre la pauvreté sont toujours moins visibles que la pauvreté elle-même, démarre le ministre, mais cela ne veut pas dire que l'on ne fait rien !", fait savoir le compagnon de Coralie Dubost lors d'un déplacement dans un centre de soins pour sans-abri à Gagny, en Seine-Saint-Denis. Et de souligner : "Quand dans le Ségur de la santé on augmente les salaires, ça concerne 85 % de femmes ! C'est la plus grosse réduction des écarts de revenus hommes-femmes de l'histoire de notre pays !" Olivier Véran assure-t-il les arrières d'Emmanuel Macron ? Car, comme le note David Doukhan, "le bilan social du quinquennat imprime peu." De quoi fragiliser les rêves d'un deuxième mandat de l'actuel chef de l'État.

Et lorsqu'il s'agit de la crise sanitaire, le locataire de l'Élysée et le ministre sont tout aussi soudés. Face aux (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - "Il me manque" : Bénabar toujours marqué par la mort de Michel Delpech
Le roi de Thaïlande défié : cette banderole provocatrice dans les rues de Bangkok
VIDÉO - Le pas de danse de Brigitte Macron sur "I will survive"
Flashback - Comment Brigitte Macron s'est attirée les bonnes grâces de Bernadette Chirac
"On n'en a pas fait assez" : l'aveu d'Emmanuel Macron