Macron positif au Covid-19: comment le président de la République va-t-il être suivi?

Patrick Sauce avec Hugo Septier
·3 min de lecture
Emmanuel Macron à l'Elysée le 7 décembre 2020 - Bertrand GUAY © 2019 AFP
Emmanuel Macron à l'Elysée le 7 décembre 2020 - Bertrand GUAY © 2019 AFP

La nouvelle est tombée ce jeudi en milieu de matinée. Après s'être ressenti de plusieurs symptômes du coronavirus, le président de la République Emmanuel Macron a finalement été testé positif au Covid-19 après avoir passé un test PCR.

De fait, le chef d'État devra observer un isolement de 7 jours, jusqu'au 24 décembre prochain minimum, et une course contre-la-montre s'est engagée afin d'identifier et de prévenir le plus rapidement ses cas contact.

Pour l'heure, plusieurs proches d'Emmanuel Macron assurent que ce dernier se trouve actuellement en bonne forme, une situation qui pourrait potentiellement évoluer dans les jours à venir, et poursuit actuellement son travail. Il devra d'ailleurs participer en fin d'après-midi à une visio-conférence sur l’aide au développement humanitaire.

Le président suivi de près au palais de l'Élysée

Si l'état de santé d'Emmanuel Macron n'évolue pas, c'est-à-dire si le président n'a que de légers symptômes, il continuera alors d'être suivi par le service médical interne de l'Élysée, a fait savoir Pierre-René Lemas, ancien secrétaire général du palais présidentiel ce jeudi sur BFMTV.

"Il y a une organisation, un cabinet médical qui dépend du service des Armés, qui est dirigé par un médecin-chef avec toute une équipe mobilisée en permanence", a-t-il détaillé sur notre antenne. "J’imagine qu’à l’heure qu’il est, ils sont mobilisés depuis ce matin pour regarder les cas contact et accompagner le président", a poursuivi Pierre-René Lemas, estimant qu'ils n'étaient pas face à "une situation de crise". Et de poursuivre: Emmanuel Macron "est à l’isolement, tout l’enjeu c’est que le fonctionnement de l’état puisse continuer de manière normale".

Pour les jours à venir, Emmanuel Macron aura quatre médecins à ses côtés, 24h/24, chaque jour, aussi bien à l'Élysée que lors de ses déplacements.

"Il faut que l'entreprise fonctionne"

Pour lui, le plus important est que les fonctions de l'Élysée restent actives malgré la situation.

"Il faut que la machine fonctionne. L’Elysée est une petite ville, il y a l’équipe du président, l’état-major militaire, les services administratifs... C’est une entreprise de 800 personnes où les précautions doivent être prises. Toute entreprise où on a un cas, y compris le chef, doit évidemment éviter les contacts à risque et faire un tracing. Tout cela est en train de se faire", précise-t-il encore au micro de BFMTV.

Deux établissements prêts à accueillir le président

Sous la Ve République, la santé des différents présidents a souvent été taboue. À BFMTV, le Service de Santé des Armées (SSA) confirme toutefois que c'est bien lui qui chargé de coordonner le suivi médical du président, tout en souhaitant conserver une confidentialité.

Si la santé d'Emmanuel Macron venait à s'aggraver, deux établissements d'instruction des armées pourraient accueillir le président: l'hôpital Bégin à Saint-Mandé et l'hôpital Percy à Clamart. Ce n'est plus le cas du Val-de-Grâce, qui a fermé ses portes en 2016. En outre, s'il est admis à l'hôpital, Emmanuel Macron n'aura pas de chambre attitrée à sa fonction. En revanche, il bénéficiera de la "filière VIP", qui permet la plus haute discrétion à ses patients, souligne encore le SSA.

Selon lui, la situation actuelle, celle d'un président de la République souffrant, n'est pas chose rare: "ça a été le cas pour Chirac, à deux reprises pour Sarkozy", souligne-t-il, ne faisant pas secret d'une transparence pas toujours respectée lors de certains cas.

"Ça fait depuis le début de la 5e qu’on parle de transparence, elle n’a pas toujours été respectée. De Gaulle et son problème à la prostate, on l’a su eu la dernière minute, je ne parle même pas de Mitterrand", conclut-il.

Article original publié sur BFMTV.com