"Pour Macron, la parole de Merkel est plus importante que celles de Castex et Véran"

·1 min de lecture

Ce lundi, l’Allemagne décide de suspendre les injections du vaccin Astrazeneca. Quelques minutes après, le président français l’annonce à son tour. Ce week-end, pourtant, Olivier Véran puis Jean Castex avaient expliqué qu’il n’y avait aucune raison d’arrêter avec le vaccin britannique.

Lundi, cela faisait trois mois jour pour jour que notre amie Coralie Delaume nous quittait. Que l’auteur du Couple franco-allemand n’existe pas aurait plaisanté de la séquence offerte par le président de la République ce lundi ! Que nous expliquait Coralie dans ce livre de référence, qui devrait être sur la table de chevet de tout candidat sérieux à l’élection présidentielle ? Que le fameux couple franco-allemand, dont on nous rebat les oreilles depuis des décennies, n’existe que dans la tête des élites françaises. Et que cela procure un haussement des épaules au mieux, et un rire kolossal au pire, de l’autre côté du Rhin.Travaux pratiques d’un exercice éprouvé, en particulier depuis la réunification : après le Danemark et l’Autriche, l’Allemagne décide de suspendre les injections du vaccin Astrazeneca. Quelques minutes après, le président français l’annonce à son tour. Ce week-end, pourtant, Olivier Véran puis Jean Castex avaient expliqué qu’il n’y avait aucune raison d’arrêter avec le vaccin britannique. Qu’aucun lien n’était avéré entre les thromboses subies par des personnes vaccinées et l’administration du vaccin lui-même. Pis, que la part de ces thromboses dans la population...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer

Rentrée obligatoire le 22 juin : la reculade de Jean-Michel Blanquer sur les précautions sanitaires

Rentrée obligatoire le 22 juin : "On ne pourra pas accueillir tous les élèves"

Ecoles : une distanciation "d'un mètre latéral" entre élèves à partir du 22 juin

Mercredi 22 avril : Collègues et hiérarchie sont persuadés que l'enseignement virtuel est incompatible avec la poursuite du programme