« Napoléon Bonaparte est une part de nous » : Macron dresse un portrait contrasté de l’Empereur

Par Le Point.fr (avec AFP)
·1 min de lecture
Emmanuel Macron visitant le musée Fesch à Ajaccio, en 2018.
Emmanuel Macron visitant le musée Fesch à Ajaccio, en 2018.

Le président de la République a joué les équilibristes, en célébrant, via un discours, le 200e anniversaire de la mort de Napoléon. Emmanuel Macron a dressé ce mercredi un portrait « en clair-obscur » de cette figure controversée de l'Histoire de France, dénonçant ses « fautes », comme le rétablissement de l'esclavage, mais aussi célébrant ses qualités de « bâtisseur et législateur » et de défenseur de la souveraineté nationale. « Napoléon Bonaparte est une part de nous », a-t-il expliqué.

En commémorant le bicentenaire de la mort de l'Empereur, le chef de l'État, premier président à s'exprimer sur Napoléon depuis Pompidou, a expliqué dans un discours à l'Institut de France vouloir réaliser une « commémoration éclairée ». Avec, a-t-il insisté, « la volonté de ne rien céder à ceux qui entendent effacer le passé au motif qu'il ne correspond pas à l'idée qu'ils se font du présent », en une critique implicite de la cancel culture.

« Regarder notre Histoire en face et en bloc »

Emmanuel Macron s'est ainsi rendu dans l'après-midi à l'Institut de France pour participer à une cérémonie avec des académiciens et des lycéens. Il s'est exprimé après un exposé de l'historien Jean Tulard, l'un des meilleurs experts de Napoléon en France. S'ensuit une séquence plus solennelle avec le dépôt d'une gerbe de fleurs au pied du tombeau de l'Empereur, sous le dôme des Invalides, où Emmanuel Macron, entouré de la ministre des Armées, Florence Parly, du chef d'état-major des Armées [...] Lire la suite