Macron et Merkel soutiennent la stratégie européenne sur les vaccins

·2 min de lecture

Angela Merkel et Emmanuel Macron ont défendu vendredi la stratégie européenne controversée sur les vaccins anti-Covid et ont affiché leur unité pour condamner l'attitude de Moscou dans l'affaire de l'opposant Alexeï Navalny.

Angela Merkel et Emmanuel Macron ont défendu vendredi la stratégie européenne controversée sur les vaccins anti-Covid et ont affiché leur unité pour condamner l'attitude de Moscou dans l'affaire de l'opposant Alexeï Navalny. A l'issue d'un conseil de défense franco-allemand en visioconférence, les deux dirigeants sont venus au secours de la Commission européenne, sous le feu des critiques pour l'insuffisance de doses de vaccin disponibles. "Je soutiens totalement l'approche européenne que nous avons eue", a déclaré Emmanuel Macron. En s'interrogeant: "Que dirions-nous si la France et l'Allemagne étaient aujourd'hui en compétition sur les vaccins?. "Nous ne sortirons de cette épidémie qu'en Européens", a-t-il insisté.

A lire : Covid-19: Emmanuel Macron promet un vaccin pour "tous les Français d'ici la fin de l'été"

Angela Merkel a réaffirmé que la décision de commander ensemble des doses était et restait "la bonne". Même si les capacités de production "n'ont pas été aussi grandes que nous l'imaginions". Emmanuel Macron a ainsi reconnu que les Européens n'avaient "pas anticipé" le "succès si rapide sur les vaccins à ARN messager", ceux de Pfizer/BioNTech et de Moderna ayant été les premiers disponibles, dont "une bonne partie de la production se faisait aux États-Unis". Mais, a-t-il assuré, "on a pu accélérer les choses" et la campagne de vaccination ira "beaucoup mieux" en avril.

Le président français a tenu à "saluer l'engagement d'Ursula Von der Leyen, la présidente de la Commission, qui a négocié les contrats avec les fabricants de vaccins au nom des 27 Etats membres et sécurisé plus de 2,2 milliards de doses - pour 450 millions d'Européens. "La santé n'est pas normalement une compétence communautaire et nous avons(...)


Lire la suite sur Paris Match