Macron et les médias : "Il y a, à certains moments, une façon délibérée d'exclure la presse"

·1 min de lecture

Pendant des mois, les deux reporters se sont plongés dans les coulisses du pouvoir. Dans Élysée confidentiel, Eliot Blondet, photographe, et Paul Larrouturou, ancien de Quotidien désormais sur LCI, tentent de décrypter la personnalité d'Emmanuel Macron, et donnent la parole à sa garde rapprochée, aux conseillers de l'ombre, ou à divers protagonistes qui ont croisé le chemin du chef de l'État. Mais l'ouvrage s'intéresse également à la communication présidentielle, et ce alors que les médias ont souvent déploré une communication trop verrouillée, avec de nombreux déplacements lors desquels la presse n'étaient pas conviée. Paul Larrouturou écrit ainsi que "l'absence organisée, délibérée et répétée des journalistes dans des déplacements publics important restera comme le grand problème médiatique du quinquennat". Un propos qu'il a développé lundi dans Culture Médias, sur Europe 1. 

"Il n'y avait pas un journaliste"

Concernant son cas personnel, Paul Larrouturou le reconnaît : "On a eu la chance d'énormément couvrir le quinquennat Macron, de l'interviewer très abondamment". Mais ce n'a pas été le cas de tous. Invité à citer quelques exemples de déplacements lors desquels la presses était écartée, le journaliste cite notamment la visite surprise d'Emmanuel Macron au professeur Didier Raoult, à Marseille, en pleine polémique autour du traitement à l'hydroxychloroquine contre le Covid-19, "avec trois heures dans le bureau du professeur Raoult, avec le professeur Delfraissy". &q...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles