Macron interrogé sur 2022: "Beaucoup de choses peuvent arriver d’ici là"

POLITIQUE - La question n’était pas prévue au programme. Encore moins attendue. Emmanuel Macron s’exprimait ce 18 février à Mulhouse (Bas-Rhin) sur le “séparatisme religieux” lors d’une conférence de presse où étaient présents des élus et des citoyens, invités à poser des questions au même titre que les journalistes.

“Il y avait une dernière question...”, se souvient alors le Président de la République après avoir répondu à de nombreuses questions sur ses “quatre lignes de force” afin de lutter contre “des pratiques antirépublicaines” sans pour autant “stigmatiser une religion”.

Êtes-vous candidat aux élections de 2022?

Quand soudain, un jeune homme pose alors cette question: “J’ai voté pour vous au deuxième tour, est-ce que vous allez me donner l’occasion de voter pour vous au premier tour aux prochaines élections?”, interroge-t-il. Rires dans la salle. Emmanuel Macron laisse un silence. Un autre. Il sourit. Ce qui laisse le temps au journaliste en herbe de reformuler: “Donc, êtes-vous candidat aux élections en 2022?”

“J’ai deux façons de prendre votre question. La première, c’est une incitation à l’action. De toute façon je veux faire le maximum pour notre pays jusqu’à la la dernière minute et je vais continuer à agir en ce sens”, répond le chef de l’État.

“Et puis après vous savez, chaque matin, je me lève, conscient de ma tâche. J’irai jusqu’au bout, mais... Je me projette pour notre pays parfois dans très très longtemps comme les retraites”, évacue-t-il une première fois. “Cette réforme, on ne la fait pour demain, ni pour 2022, mais pour essayer que le pays soit dans les bons rails pour plusieurs décennies”.

“Je ne vais pas vous dire ce que je vais faire pour 2022”

Puis le Président assume de ne pas répondre: “Mais je ne vais pas vous dire ce que je vais faire pour 2022 parce qu’il y a beaucoup de choses peuvent arriver d’ici là et qu’il faut que je me concentre sur ce pour quoi vous m’avez donné mandat il y a trois ans”. Et il conclut: ”Au bon moment il faudra arriver à ces choses-là, si j’y arrive, mais en attendant il faut continuer à travailler”.

À voir également sur Le HuffPost: Communautarisme: la droite épingle en choeur le “retard” de Macron

LIRE AUSSI...

Macron parle de "séparatisme" au lieu de "communautarisme" (et cela ne règle pas tout)

Macron annonce la fin des imams détachés et des enseignements d'origine étrangère

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.