Macron giflé : la classe politique condamne l'agression du chef de l'État

·1 min de lecture
Emmanuel Macron a été giflé à la sortie du lycée hôtelier qu'il visitait dans la Drôme, mardi.
Emmanuel Macron a été giflé à la sortie du lycée hôtelier qu'il visitait dans la Drôme, mardi.

Jean-Luc Mélenchon soutient Emmanuel Macron. Le chef de l'État a été giflé mardi, dans la Drôme, par un individu qui a crié « Montjoie Saint-Denis » et « À bas la macronie ». Le candidat LFI à la présidentielle a immédiatement réagi sur Twitter en faisant écho à ses propos polémiques sur Radio France dimanche : « Cette fois-ci, vous commencez à comprendre que les violents passent à l'acte ? Je suis solidaire du président. »

Jean-Luc Mélenchon a insinué que les actes terroristes les plus graves, comme l'attaque de Mohamed Merah en 2012, se déroulaient toujours à l'approche des élections pour influencer le scrutin. Il a notamment dit : « Vous verrez que dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, nous aurons un grave incident ou un meurtre. »

Éric Coquerel, député LFI en Seine-Saint-Denis, a également exprimé sa solidarité envers Emmanuel Macron et a souligné que cette gifle était une attaque de l'extrême droite royaliste. Tout comme Alexis Corbière : « La violence et les menaces de l'extrême droite se répandent chaque jour. Il est temps de riposter tous ensemble contre cette menace. »

Marine Le Pen a de son côté condamné « fermement l'agression physique intolérable qui a visé le président de la République ». « Je suis la première opposante à Emmanuel Macron, mais il est le président de la République et, à ce titre, on peut le combattre politiquement mais on ne peut pas se permettre d'avoir à son égard le moindre geste, la moindre violence [...] Lire la suite