Macron giflé: l'agression du président français largement relayée à l'étranger

·3 min de lecture
Macron giflé: deux hommes de 28 ans interpellés - BFMTV
Macron giflé: deux hommes de 28 ans interpellés - BFMTV

Les images ne se sont pas arrêtées à la frontière. L'agression subie par Emmanuel Macron mardi à Tain-l'Hermitage, où le chef de l'Etat a été giflé par un homme, a également été relayée par plusieurs médias étrangers. La scène figure même à la Une du prestigieux journal américain The Wall Street Journal ce mercredi matin.

"Macron giflé par un homme dans un climat de forte tension électorale", écrit le quotidien spécialisé dans l'actualité économique et financière.

Les présidents français plus exposés que leurs homologues américains

Le titre fait néanmoins figure d'exception dans le pays. Le Financial Times accorde à l'événement un encadré intitulé: "Macron reçoit une gifle en plein visage. Le président français a été frappé par un spectateur qui a crié le slogan royaliste 'Montjoie Saint-Denis' lors de son 'tour de France' avant les élections régionales". De son côté, le New York Times relève sur son site qu'un bain de foule est une pratique habituelle pour les présidents français à la différence des présidents américains.

"Se promener et aller à la rencontre des citoyens dans la rue est bien plus facile pour les dirigeants français, leurs déplacements étant bien moins restreints par les services de sécurité que ceux de leurs homologues américains", écrit ainsi le prestigieux journal.

La chaîne américaine CNN a également traité cette actualité en reprenant les images de l'agression mais aussi les propos tenus peu après par Jean Castex dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale. Sur son site Internet, le média américain évoque l'"opération de séduction" menée par Emmanuel Macron à moins d'un an de la présidentielle et à quelques semaines des élections régionales.

Le journal britannique The Guardian relève également le "tour de France" de six semaines qu'a entrepris le chef de l'État pour "prendre le pouls" du pays, en pleine sortie de la crise sanitaire. Le président compte notamment effectuer deux visites régionales par semaine jusqu'à la mi-juillet.

Emmanuel Macron déjà malmené avant l'Élysée

Sur Sky News, la correspondante raconte le slogan crié par l'agresseur - "À bas la Macronie" et relève que la sécurité a été renforcée à l'arrivée d'Emmanuel Macron à Valence" pour éviter qu'une telle chose ne se reproduise. La journaliste note aussi qu'Emmanuel Macron avait déjà été malmené puisqu'il avait reçu des œufs sur la tête en 2016 et en 2017.

Thomas Walde, le correspondant à Paris de la télévision publique allemande ZDF, évoque quant à lui le climat politique déjà "tendu" en France bien avant cet incident: "ce geste ne va qu'alimenter un peu plus le débat autour de la culture politique dans le pays".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

En Espagne, la Vanguardia considère même qu'il s'agit de la "première fois" que le président français connaît un tel épisode et ce "bien que sa silhouette ait été vilipendée par les manifestants lors du mouvement des gilets jaunes".

De la chaîne télévisée russe NTV au journal conservateur italien Il Tempo, de nombreux autres médias du monde entier ont relaté cet incident qui marque selon eux une nouvelle étape dans un climat politique déjà tendu en France.

Article original publié sur BFMTV.com