Macron fâché avec l'orthographe à Colombey-les-Deux-Églises

Par Marc Fourny
·1 min de lecture
Le général de Gaulle dans son bureau de La Boisserie, à Colombey-les-Deux-Églises.
Le général de Gaulle dans son bureau de La Boisserie, à Colombey-les-Deux-Églises.

Ah, le piège des livres d'or? Laisser une trace dans un lieu historique reste la règle, mais à condition de maîtriser un tant soit peu celles de l'orthographe, surtout quand votre signature est prestigieuse. Le président de la République en a fait les frais cette semaine lors de son hommage à de Gaulle, à Colombey-les-Deux-Églises. Venu se recueillir sur la tombe du Général, à l'occasion du cinquantième anniversaire de son décès, le président a fait un saut de puce à La Boisserie, la demeure familiale des De Gaulle, transformée depuis en musée. Un parcours sans faute, excepté celle en orthographe qu'il a laissée sur le livre d'or, comme l'indique une photo de son hommage, relayée sur les réseaux sociaux.

« Cinquante ans plus tard, le souvenir vivace du Général de Gaulle demeure une source d'inspiration pour notre Nation, notre République, écrit Emmanuel Macron. Puissions nous trouver en ces lieux, en ses choix, les traces qui nous permettrons (sic) de bâtir notre action pour la France? » Le chef de l'État a ainsi omis d'accorder le verbe permettre avec son sujet, à savoir « les traces », ce qui impose d'écrire « permettront »? Faute bien sûr excusable, mais tout de même peu académique dans un tel lieu et surtout de la part d'un si illustre visiteur. On ne sait quelle a été la réaction de Brigitte Macron, présente sur place : l'ancienne prof de français connaît évidemment son Bescherelle sur le bout des doigts et aurait pu conseiller, sinon corriger, son [...] Lire la suite