Macron envisage la réintégration des soignants non-vaccinés

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En visite à Barbazan-Débat, dans les Hautes-Pyrénées, Emmanuel Macron a conditionné le retour des soignants non-vaccinés à la baisse des contaminations.

Emmanuel Macron a ouvert la porte à la réintégration des soignants non vaccinés lors d'un déplacement à Barbazan-Débat, dans les Hautes-Pyrénées, le 29 avril 2022. (Photo: POOL New via Reuters)

COVID-19 - Les soignants non-vaccinés contre le Covid-19 pourront-ils bientôt de nouveau exercer? Le président Emmanuel Macron a ouvert la porte à leur réintégration en cas d’amélioration de la situation épidémique ce vendredi 29 avril, lors d’une visite à Barbazan-Débat dans les Hautes-Pyrénées.

“Si ça continue de baisser dans les prochaines semaines, on ira dans cette direction”, a déclaré le chef de l’État tout juste réélu pour un second mandat. Environ 15.000 soignants n’ayant pas apporté la preuve de leur vaccination ont l’interdiction de travailler et ne reçoivent plus de salaire depuis septembre dernier.

Le nombre de contaminations en baisse

Lors d’un déplacement à Mulhouse à la mi-avril, avant le second tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron avait déjà été interpellé à ce sujet. “On va, je pense, sortir de la phase épidémique aiguë (...) Si on continue sur cette tendance, on va revenir sur une phase endémique. On pourra revenir autour de la table et réintégrer les personnels suspendus”, avait-il alors indiqué, sans préciser l’échéance.

L’épidémie de Covid-19 est dans une période de reflux en France depuis une quinzaine de jours. Selon les chiffres publiés jeudi, 66.695 contaminations quotidiennes à Omicron ont été recensées en moyenne sur les sept derniers jours contre plus de 130.000 début avril.

Le nombre de patients à l’hôpital a également diminué, avec un peu plus de 24.000 malades, 1000 de moins que la semaine précédente. La décrue est plus lente dans les services de soins critiques: 1629 personnes contre 1677 une semaine plus tôt.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Macron souhaite "un retour au calme", évoque un paquet de mesures sociales "à l'été"

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles