"Macron doit faire attention" : cette menace qui provient du clan de François Bayrou

·1 min de lecture

Des nouvelles tensions entre Emmanuel Macron et François Bayrou ? Le président du MoDem, nommé Haut commissaire au Plan à l'été 2020, fait des siennes, quitte à aller publiquement contre le chef de l'Etat. Et quand celui qui était proche de Marielle de Sarnez est contrarié, il peut s'énerver. "Macron doit quand même faire attention, car on ne dit pas non à François Bayrou," raconte un de ses proches dans les colonnes du Parisien, ce dimanche 18 avril.

Il faut dire que ces dernières semaines, François Bayrou a essuyé pas mal de désillusions. Il a demandé le report des régionales, qui se tiendront finalement fin juin, et proposait d'ajouter 250 milliards d’euros au budget consacré à la relance de l’économie française. Des suggestions qui n'ont pas été écoutées. Seulement, à l'aube de 2022, Emmanuel Macron peut-il se permettre de froisser le maire de Pau avec qui il avait une relation privilégiée ? Au Parisien, un conseiller ministériel rapporte : "Qu’un partenaire majeur s’oppose aussi frontalement, par le vote, ça doit nous alerter. Ils ont clairement envoyé un message d’avertissement à l'approche de 2022."

Si François Bayrou n'est pas toujours écouté par Emmanuel Macron, il y a bien un de ses combats qu'il peut se vanter d'avoir réussi. Depuis 2012, soit près de dix ans, celui qui a été taclé par Nicolas Sarkozy se bat pour que l'ENA soit supprimée. Il a obtenu gain de cause il y a quelques jours, et c'est une victoire dont il est fier. "François Bayrou n’est pas fragilisé. Il (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Marianne Faithfull sur sa terrible expérience de la Covid-19 : "Je ne me rendais pas compte"
Harry et William séparés durant le cortège funéraire... À la demande du duc de Cambridge !
Coup de gueule de Gérard Lanvin : "les sans cou***es parlent derrière leurs écrans"
Mort d'Helen McCrory : le poignant hommage de son "fils" Malfoy alias Tom Felton
"Pouvoir solitaire et déni de l'urgence" : Emmanuel Macron encore épinglé