Macron devra, plus que jamais, rassembler pour pouvoir gouverner

·1 min de lecture
Macron devra, plus que jamais, rassembler pour pouvoir gouverner
PHOTO / REUTERS / BENOIT TESSIER

“Un Premier ministre de gauche, la dernière tentation du nouveau Macron”, titre Il Messaggero. Pour le journal populiste italien, si l’hypothèse d’une cohabitation du président avec un projet opposé au sien est peu probable, le fait que, selon un sondage, 66 % des Français espèrent qu’il n’obtiendra pas de majorité aux législatives laisse penser que le second mandat de Macron sera plus difficile que le premier.

Au premier tour, plus de la moitié des électeurs ont voté pour des candidats hors système, au projet diamétralement opposé au sien. Au second, nombreux sont ceux à avoir choisi Macron par devoir et non par adhésion.

Le quotidien considère que La République en marche ne s’est jamais transformée en un mouvement porteur, capable de diriger une majorité parlementaire. Le président “devra se constituer un capital politique qui lui assure une plus grande marge de manœuvre”. Il a évoqué la nécessité de créer un “nouveau grand mouvement” qui, avec l’extrême droite et la gauche radicale, devrait transformer le paysage politique français en constituant un nouveau tripartisme.

“Les contours de ce nouveau centre sont encore indéfinis, et comme le veut la tradition, parmi les macronistes, les uns penchent pour un repositionnement vers la gauche, avec la nomination d’un Premier ministre de gauche pour séduire les (nombreux) électeurs de Jean-Luc Mélenchon, les autres voudraient au contraire une réorientation vers la droite, dans le droit fil du premier quinquennat.”

À droite comme à gauche, les politiciens s’agitent, constate le journal populiste. Mélenchon a déjà demandé aux Français de donner leur voix au projet qu’il est en train de construire en concertation avec les communistes et les écologistes. Marine Le Pen, plus forte que jamais, ne se contentera pas de la dizaine de députés qu’elle avait auparavant. Une “union des droites” héritant des transfuges de la droite gaulliste et des partisans d’Éric Zemmour est “un autre obstacle en vue sur le chemin de Macron 2”. Celui-ci, Il Messaggero n’en doute pas, saura “sortir de son chapeau une nouvelle pensée politique. ‘Rassembler’* sera plus que jamais son mot d’ordre.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles