La démonstration de force de Macron à Bercy

À Bercy, Emmanuel Macron a clamé son "amour pour la France" dans un meeting pensé comme une démonstration de force.

C'était le plus gros meeting de sa campagne: devant quelque 20.000 personnes, le candidat d'En Marche! a prononcé un discours d'une heure et demie, sans annonce majeure, mais au cours duquel il a proclamé son amour pour la France. "Je l'aime dans son passé mais à la différence d'autres, je l'aime aussi dans son avenir", a assuré l'ancien ministre de l'Economie, avant de clamer: "Nous allons rendre à la France son optimisme !"

Emmanuel Macron a défendu "la confiance contre la défiance, l'unité contre la division, la lucidité contre les chimères, la générosité contre la cupidité, l'espoir et le courage contre la résignation". 

"Thatcher ou Trotski, Fidel Castro ou Maurras"

Insistant sur l'idée qu'il incarne un renouvellement politique, l'ancien conseiller de François Hollande a taxé ses rivaux de passéisme: "Sur 11 candidats, 10 veulent nous ramener vers le passé", a-t-il grincé. "Pour certains ce sera Cuba sans le soleil ou le Venezuela sans le pétrole", a-t-il dit en allusion à Jean-Luc Mélenchon. "D'autres voudraient nous enfermer dans un choix simple, Margaret Thatcher ou Trotski, Fidel Castro ou Maurras", a-t-il poursuivi, en visant François Fillon et Marine Le Pen.

"En même temps", mot d'ordre politique

Alors que plusieurs médias, dont BFMTV, ont relevé les tics de langage d'Emmanuel Macron, ce dernier a fait de sa formule fétiche "en même temps" un mot d'ordre pour...Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages