Macron critiqué pour avoir répété que "les Français travaillent moins que les autres"

·4 min de lecture
Macron (ici le 8 octobre 2019) critiqué pour avoir répété que
Macron (ici le 8 octobre 2019) critiqué pour avoir répété que

POLITIQUE - Toujours pas. Emmanuel Macron a repris, dans sa bouche, une affirmation courante dans la classe politique: les Français travaillent moins que leurs voisins. Il l’a lancée ce mardi 12 octobre, devant 200 industriels et étudiants pour la présentation de son plan “France 2030.” Problème: c’est faux, ou au moins largement inexact, selon les différents chiffres que l’on choisit de retenir.

“Quand on se compare, nous sommes un pays qui travaille moins que les autres en quantité. Ça reste vrai. Et donc nous avons une quantité de travail allouée qui n’est pas au bon niveau, à la fois dans le cycle de vie et en horaires cumulés”, a-t-il ainsi déclaré, avant de livrer une version, plus policée, de son fameux “pognon de dingue”: “Il faut améliorer l’efficacité de la dépense publique. Il faut permettre de rendre les mêmes services avec moins d’argent.”

Un propos sur le temps de travail que le chef de l’État avait déjà défendu en 2019, dans les mêmes termes, récoltant, hier, comme aujourd’hui, les critiques des oppositions de gauche.

“Cette contre-vérité est révélatrice du mépris du Président”

“Faux. L’OCDE nous dit que la France est un pays parmi les plus productifs”, a par exemple fustigé le patron des écologistes, Julien Bayou sur son compte Twitter, estimant que “si l’hypothèse de départ est fausse, la conclusion a toutes les chances de l’être aussi.” “Cette contre-vérité est révélatrice du mépris du Président de la République vis-à-vis du travail des Français et Françaises”, abonde son prédécesseur à la tête d’EELV, l’eurodéputé David Cormand.

Et ils ne sont pas les seuls, loin de là, à s’agacer des mots du chef de l’Etat. La députée insoumise Clémentine Autain, sa collègue au Parlement européen Manon Aubry, la candidate, vaincue, à l’investiture des Verts, Sandrine Rousseau, les parlementaires François-Michel Lambert (L&T) ou Adrien Quatennens (LFI) ont également réagi, toujours sur les réseaux sociaux.

“Faux, faux, et encore faux. La réalité, c’est que les Français travaillent plus que la moyenne européenne, et qu’ils sont plus productifs”, estimait, par exemple, l’élue de Seine-Saint-Denis, pour qui “ce mensonge répété à tout bout de champ ne sert qu’à rendre légitime la casse sociale.”

Alors que disent réellement les chiffres? Quand on regarde le temps de travail hebdomadaire des Français en activité (temps complet et temps partiel), sans doute l’un des indicateurs les plus parlants, l’affirmation du président de la République ne se vérifie pas. Selon une étude de la Dares (la direction de l’Animation de la recherche, des Études et des Statistiques) publiée en 2018, les travailleurs hexagonaux sont même en bonne position dans le classement européen.

Les salariés français travailleraient ainsi 36,3 heures par semaine, soit davantage qu’en Suède, en Italie, au Danemark, aux Pays-Bas ou même... en Allemagne. Outre-Rhin, dans un pays souvent cité en modèle par les responsables politiques de droite, les salariés passent plus d’une heure de moins par semaine au travail.

Les Français n’ont pas à rougir

Des chiffres corroborés, dans l’ensemble, par une étude de la direction du Trésor en 2019, relayée par Le Figaro. En France, la durée de travail hebdomadaire, tous salariés confondus, s’établit à 36,1 heures en France, soit un niveau proche de l’ensemble des pays européens (36,3 heures) - et supérieur à l’Allemagne.

Concernant le temps de travail annuel, un autre indicateur intéressant, les Français n’ont pas forcement à rougir, non plus. Si l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) classe effectivement la France dans la deuxième moitié de son classement, avec une moyenne de 1400 heures travaillées en 2020, c’est toujours davantage que l’Autriche, les Pays-Bas, l’Allemagne (1332) ou la Grande-Bretagne. Mais bien moins que les Etats-Unis, la Grèce, le Mexique... et la moyenne des pays de l’OCDE (1687).

Il semble, en réalité, bien délicat de comparer les nations entre-elles sur ce sujet. Et ce, en raison de jours fériés plus nombreux ici ou là, de règles différentes (les 35 heures en France, qui occasionnent des RTT) ou de pratiques (le recours massif au temps partiel aux Pays-Bas) propres à certaines populations.

Une chose est malgré tout certaine: l’évidence, présentée comme telle par Emmanuel Macron, concernant des Français moins travailleurs que les autres, ne l’est pas.

À voir également sur Le HuffPost: Bruno Le Maire se donne deux ans pour atteindre “le plein emploi”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles