Commémorations du 8-Mai : la République est "nécessaire, vitale et juste", déclare Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a présidé, lundi matin, la cérémonie commémorant la victoire alliée sur l'Allemagne nazie, le 8 mai 1945, sur des Champs-Élysées quasi vides après la mise en place d'un large périmètre de sécurité. Il s'est ensuite rendu à Lyon pour rendre hommage à Jean Moulin et à la Résistance. Quelques milliers d'opposants l'attendaient, tenus à bonne distance par les forces de l'ordre.

Pour célébrer la victoire sur l'Allemagne nazie, le 8 mai 1945, Emmanuel Macron, comme le veut la tradition, a d'abord déposé une gerbe au pied de la statue du général de Gaulle. Accompagné par la grande escorte de la Garde républicaine, à cheval et motorisée, le chef de l'État a ensuite remonté les Champs-Élysées, dans sa voiture, vitres fermées devant seulement quelques dizaines de curieux. Il a ensuite ravivé la flamme de la tombe du Soldat inconnu, sous l'Arc de Triomphe. Des filtrages stricts ont été mis en place et le public tenu à bonne distance du défilé.

"On voulait voir le président, on est très déçus. On comprend pas bien pourquoi il y a tout ce bazar", déplore Adrien Prevostot, bloqué avec sa fille à 200 mètres des Champs-Élysées. "Les cérémonies militaires c'est fait pour que la population soit derrière le drapeau. C'est quand même dommage pour la France", abonde Stanislas, un habitant du quartier.

Alors que des appels à manifester avaient été émis à proximité du Mémorial de la prison, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées à Lyon pour protester contre la réforme des retraites et rendre hommage aux résistants en marge de la visite du président.

Il fut condamné à la réclusion criminelle à perpétuité quatre ans plus tard.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Macron - Le Pen : "Choisir les valeurs républicaines", un devoir de mémoire
Hubert Germain inhumé au Mont-Valérien, la flamme de la résistance brûle encore
Mort de Hubert Germain : les Français rendent hommage au dernier Compagnon de la Libération