Macron chez Merkel : les certitudes de Fillon vacillent

Libération.fr

La rencontre de ce jeudi à Berlin contrarie le candidat de LR qui perd là un lien exclusif avec la chancelière.

Cette campagne hors norme ne chamboule pas seulement le paysage politique français. Elle bouleverse aussi de vieilles habitudes franco-allemandes. Ce jeudi, Angela Merkel va recevoir à Berlin Emmanuel Macron, rompant ainsi avec l’usage qui veut que les leaders des «partis frères» soutiennent le candidat de leur camp. En 2012, la chancelière, s’exprimant en sa qualité de cheffe de la CDU, avait naturellement souhaité la victoire de Nicolas Sarkozy au côté duquel elle s’était affichée. François Hollande avait pu compter sur Sigmar Gabriel, patron du SPD.

Rien de tel en 2017. A Berlin, le candidat d’En marche se paie le luxe de voir tout le monde, à droite comme à gauche. Après Merkel, ce sera deux grandes figures de la social-démocratie : Frank-Walter Steinmeier, président de la République, et Sigmar Gabriel, ministre des Affaires étrangères, avec qui il doit retrouver en fin de journée le philosophe Jürgen Habermas pour un débat sur l’avenir de l’Europe.

«Normal». Pour François Fillon, ce déplacement de Macron aux allures de visite d’Etat est extrêmement contrariant. Interrogé sur ce point lors de sa conférence de presse, il a tenté de banaliser. Il serait donc «parfaitement normal» qu’Angela Merkel rencontre d’autres candidats. Rien de normal là-dedans : en 2012, la chancelière souhaitait la défaite de Hollande qu’elle s’était abstenue de recevoir.

Embarrassé par le revirement de Berlin, Fillon a certifié lundi qu’il n’avait aucun doute sur le soutien que lui apportait la patronne de la droite allemande : «Je sais ce qu’elle pense, je sais de quel côté balance son cœur.» Il s’est attiré, avec cette réponse, les «félicitations» ironiques du correspondant parisien du quotidien Handelsblatt, impressionné par cette révélation sur «le cœur de la chancelière».

Par la voix de son porte-parole, Merkel a charitablement fait savoir que sa rencontre avec Macron était (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Zèbre
Macron - les écolos : le clash
Hamon veut combler les trous pour faire la synthèse
Enquête sur les nouveaux «frondeurs» du PS
Zèbre

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages