Macron, Castex, élection présidentielle... Edouard Philippe esquive

·2 min de lecture

Après plusieurs mois de silence depuis son départ de Matignon et une popularité record, Edouard Philippe était l'invité de «20h30 le dimanche» sur France 2. 

L’ex-Premier ministre entame depuis jeudi dernier une tournée médiatique pour la promotion de son dernier ouvrage «Impressions et lignes claires», écrit avec son complice Gilles Boyer. Il a fait dimanche soir son retour à la télévision, invité de Laurent Delahousse sur France 2. Celui qui a quitté Matignon le 3 juillet dernier après trois ans, plus populaire que jamais, a surtout été questionné sur ses éventuelles ambitions nationales et ses rapports avec Emmanuel Macron, à un an de l'élection présidentielle .

Aurait-il aimé rester quelques temps de plus aux manettes rue de Varenne? «J’ai aimé tous les jours que j’ai passé à Matignon, tous les jours où j’ai travaillé avec le président de la République et il y en avait quelques-uns où ce n’était pas facile, à cause de la situation. J’ai aimé ça, développe-t-il. Si le président de la République m’avait dit : on continue avec cet esprit de 2017, dans lequel je me suis retrouvé en 2017, je l’aurais fait parce que je n’aurais pas dit non au président de la République à ce moment là». «J’ai voulu le mettre à l’aise (en lui exprimant qu’il démissionnerait qu’il soit élu ou non aux municipales au Havre, Ndlr). Il a fait un autre choix, son choix est souverain et c’est probablement un bon choix». A Laurent Delahousse qui lui a demandé si il avait «compris pourquoi (Macron) s’est séparé» de lui, Edouard Philippe balaye : «J’ai une idée. Je la garde pour moi».

Lire aussi :Edouard Philippe juge sa popularité "aussi solide qu'une volute de fumée"

Sur ses relations avec le chef de l’Etat il n’en dira pas davantage non plus : «Il y a une règle à laquelle je me tiens et à laquelle je n’ai aucune envie de déroger, c’est le fait de ne pas raconter mes conversations avec le(...)


Lire la suite sur Paris Match