Macron au Rwanda : un discours nuancé, un accueil mitigé

·1 min de lecture

Le discours était très attendu. Jeudi, dans un discours prononcé au mémorial du génocide à Kigali, le président français Emmanuel Macron a dit venir "reconnaître (les) responsabilités" de la France dans le génocide de 1994 au Rwanda. Précisant que la France n'avait "pas été complice", il a toutefois reconnu qu'elle avait "trop longtemps fait prévaloir le silence sur l'examen de la vérité".

>>Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici 

Dans ce discours très court, de moins de 15 minutes, le chef de l'État a prononcé des mots forts : responsabilité, justice, pardon. Mais aussi cette phrase alambiquée : "faire le don de nous pardonner". Littéralement, Emmanuel Macron ne présente pas les excuses de la France. Il ne demande pas pardon aux Rwanda, mais demande aux victimes d’accorder leur pardon à la France.

Les réactions divisées

Au-delà de l’explication de texte, sur place, les réactions sont divisées. Certaines associations dénoncent un "discours inachevé", et regrettent que des excuses n’aient pas été plus explicites. Mais tous ou presque reconnaissent le pas en avant de la France. Car cette volonté de normalisation des relations avec le Rwanda, et surtout la promesse de traduire en justice les génocidaires, c’était l’attente peut-être la plus importante pour les rescapés.

Éviter les attaques en repentance

Emmanuel Macron, lui, avec une formule complexe, évite les pièges des attaques en repentance qu’une partie de la classe politique française pourrait lui faire, et...


Lire la suite sur Europe1