Et Macron attend l'arrivée des Verts en Allemagne…

Par Emmanuel Berretta

Angela Merkel et Emmanuel Macron, en mai 2018, au palais de l'Élysée (Photo d'illustration).

La Lettre de Bruxelles. Emmanuel Macron a rencontré le binôme qui dirige les Verts allemands. Le chef de l'État attend beaucoup – trop ? – d'une recomposition politique en Allemagne.


Jamais le président Macron ne commentera la situation de la CDU, dont les déboires en Thuringe ont précipité la démission d'Annegret Kramp-Karrenbauer (AKK). Angela Merkel se voit ainsi privée de sa dauphine désignée… L'occasion d'un changement à la tête de l'Allemagne se présente dans une certaine mesure. Emmanuel Macron ne dit mot, mais suit les événements avec un grand intérêt. « Vivement que les Verts arrivent au pouvoir », souffle-t-on chez les macronistes du Parlement européen… En tout cas, le président français ne perd pas de temps et a profité d'un court séjour à Munich (vendredi 14 et samedi 15 février), à l'occasion de la Conférence sur la sécurité, pour dîner et faire la connaissance des deux co-présidents des Grünen, Annalena Baerbock et Robert Habeck…

Le dîner figure à l'agenda officiel du chef de l'État, ce qui ne peut échapper à la chancelière. Si des élections législatives anticipées devaient advenir outre-Rhin, la probabilité d'une coalition CDU-Verts est possible, à l'image de celle qui vient de se constituer en Autriche. Un scénario encore plus fou qui verrait un ou une chancelière verte prendre le pouvoir à Berlin n'est pas inenvisageable tant les sondages (*) situent la CDU-CSU (26 %) peu au-dessus des Verts (22 %). En juin 2019, un sondage Forsa avait donné les Verts en tête…

Merkel freine Macron sur « l'Europe puissance »

Ce n'est un secret pour personne, les relations entre Paris et Berlin sont davantage le fruit d'une nécessité que d'un parfait enthousiasme. La chancelière, lasse et peu encline à s'enthousiasmer pour les grands desseins européens de son homologue français, n'a plus beaucoup de marges politiques, et fait face à la montée d'un courant critique contre sa politique (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

La guerre des juges polonais préoccupe Bruxelles
Brexit : Johnson peut-il réussir son « Global Britain » ?
Recevez la newsletter Le Point.fr