Macron, Attal, Darmanin... Des photos de la journée de la dissolution de l'Assemblée diffusées

Des clichés en noir et blanc qui resteront dans l'histoire de la Ve République? La photographe officielle du président de la République, Soazig de la Moissonnière, a publié sur son compte Instagram les photos prises le dimanche 9 juin, date où Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l'Assemblée nationale au peuple français.

Manifestement publiées de manière chronologique, on peut voir le président voter pour les élections européennes au Touquet, puis se rendre à l'Élysée pour travailler, tout en regardant la soirée électorale sur les chaînes infos.

Mais un cliché retient l'attention: celui de la réunion entre Emmanuel Macron et sa garde rapprochée. La photo publiée par Soazig de la Moissonnière montre en effet Gabriel Attal et Gérald Darmanin en face du chef de l'État le regard sombre.

S'agit-il du moment de l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale aux principaux responsables de la majorité présidentielle? Impossible de le savoir. Les photographies ne sont pas légendées.

Une séquence historique

Mais le cliché suivant dans le carrousel donne un indice: il s'agit d'un tête-à-tête entre Emmanuel Macron et Yaël Braun-Pivet, présidente du Palais Bourbon. Cette consultation est indispensable pour l'application de l'article 12 de la Constitution.

On voit ensuite Emmanuel Macron préparer un discours, après l'annonce des résultats des européennes. Sans doute celui qu'il prononcera à 21 heures sur toutes les chaînes de télévision pour annoncer la convocation de nouvelles élections.

Depuis l'annonce de la dissolution, la crise politique est totale. Une importante recomposition est en train d'avoir lieu. Si Reconquête et Les Républicains continuent de se déchirer sur leur stratégie vis-à-vis du Rassemblement national en vue des législatives, la gauche et l'extrême gauche semblent s'allier derrière son nouveau "Front populaire".

Emmanuel Macron, lui, appelle à faire corps face aux deux "extrêmes", quitte à résumer ce scrutin historique à une opposition de "trois blocs".

Article original publié sur BFMTV.com