Macron annonce le retour des mathématiques "en option" en première

Emmanuel Macron à Cherbourg le 31 mai 2022 (photo d'illustration) - Sameer Al-DOUMY / AFP
Emmanuel Macron à Cherbourg le 31 mai 2022 (photo d'illustration) - Sameer Al-DOUMY / AFP

Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi le retour des mathématiques en première dès la rentrée de septembre, mais "en option". "Comme je m'y étais engagé en campagne, nous réintroduirons en classe de première la possibilité de choisir les mathématiques en option", a déclaré le président de la République.

"Il y aura toujours la spécialité maths, mais il y aura la possibilité offerte à tous les élèves de choisir hors de la spécialité l'heure et demie de mathématiques qui avait été sortie du tronc commun", a-t-il ajouté. Une option qui ne sera donc "pas obligatoire".

Un rétropédalage. Car le précédent ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, avait annoncé au mois de mai le retour des mathématiques dans le tronc commun. Depuis l'entrée en vigueur de la réforme du bac, les mathématiques étaient devenues un enseignement de spécialité en première et en terminale.

Moins de filles faisant des maths

Si des mathématiques figuraient toujours dans l'enseignement scientifique du tronc commun, ces deux heures hebdomadaires étaient également partagées avec les sciences de la vie et de la terre (SVT) et la physique-chimie. Insuffisant, estimaient les professeurs de mathématiques.

Un rapport d'experts préconisait d'ailleurs de remettre des mathématiques dans le tronc commun dès la classe de première, à raison d'une heure et demie à deux heures supplémentaires par semaine pour tous les élèves.

La quasi disparition de cette discipline avait alarmé les professeurs de mathématiques. Plusieurs sociétés savantes et associations avaient ainsi alerté sur l'aggravation des inégalités entre les filles et les garçons en mathématiques au lycée depuis la réforme du bac, les filles choisissant moins cet enseignement.

Le président de la République était ce jeudi en visite dans une école de Marseille en compagnie du ministre de l'Éducation nationale, Pap Ndiaye. À cette occasion, le chef de l'État a également annoncé sa volonté de généraliser "à partir de l'automne" et dans tout le territoire "l'école du futur", une expérimentation pédagogique menée dans la cité phocéenne.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles