"Maïdan à Washington" : Moscou jubile devant l'invasion du Capitole aux Etats-Unis

·1 min de lecture

A Moscou, les images de chaos dans le Capitole de Washington ont fortement inspiré les pro-Kremlin, qui en ont profité pour donner des leçons de démocratie à l'Amérique. Petit florilège en guise de cadeau de Noël peu orthodoxe.

Le président russe Vladimir Poutine, qui avait attendu le lendemain du vote du Collège électoral américain officialisant la victoire de Joe Biden, le 15 décembre, pour finalement le féliciter, est pour l’heure resté muet sur l’invasion du Capitole par une foule de trumpistes déchainés, le 6 janvier. Sollicité par des journalistes après avoir assisté à un service de Noël orthodoxe, il n’a fait aucune déclaration à ce sujet. Etait-ce par souci de préserver l’esprit de Noël ? La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova n’a pas eu cette pudeur, déclarant sans rire que " les événements de Washington montrent que le processus électoral américain est archaïque, ne répond pas aux normes modernes et est sujet aux violations. " Sans doute gagnée par l’esprit de Noël, cette grande spécialsite de la démocratie souhaitait tout de même que " le peuple américain ami survivra dignement à ce moment dramatique de sa propre histoire"… Avant de partager pour le plaisir un tweet de Jill Dougherty, l'ancienne chef du bureau de CNN à Moscou, affirmant que les États-Unis " ne pourront plus jamais dire au monde que nous sommes le modèle de la démocratie".Pour l’opposant Alexeï Navalny, dont la fille étudie aux Etats-Unis, " Les...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Capitole : "Les États-Unis incarnent l’espace mental de nos démocraties, réduit à une pensée binaire systématique"

Etats-Unis : 45% des électeurs républicains sont favorables à l'assaut du Capitole, selon un sondage

États-Unis : ces failles de sécurité qui ont permis l'intrusion des militants pro-Trump au Capitole

États-Unis : 4 morts après l'intrusion de partisans de Trump au Capitole

Julian Assange échappe à l’extradition vers les États-Unis : qui osera lui proposer l'asile politique ?