Maître queue

Libération.fr

En Libye, il fallait patienter partout. Mais en France aussi, le quotidien est fait de longs tunnels de minutes perdues. Même s’il vaut mieux poireauter chez son marchand de légumes que devant les guichets de l’administration.

Amon arrivée à Paris il y a trois ans, je n’aurais jamais imaginé un jour comparer la Ville lumière au pays que j’ai quitté, la Libye. Mais les années ont passé et je retombe sur quelque chose qui m’ennuyait déjà terriblement chez moi : le grand nombre de files d’attente. A Tripoli, je les retrouvais où que j’aille, toute la journée. A la station d’essence, à la banque, au parking : partout. Aussi loin que je me souvienne, j’ai fait la queue en Libye, et ça n’a fait qu’empirer après la révolution. En France, je pensais dire adieu aux longues minutes d’attente, de frustration, aux heures passées debout. J’ai lu qu’une étude Ipsos de 2007 a calculé que 80 % des Français perdaient une heure par semaine dans les files d’attente. Redécouvrir cette expérience fut l’un de mes plus gros chocs à Paris : je ne pensais pas que cela redeviendrait une épreuve quotidienne. A moins que ça ne soit un art de vivre ?

Nuit à la préfecture

7 heures du matin, un lundi glacé de janvier à Melun. 200 personnes attendent devant la préfecture dès l’aube. Les guichets n’ouvrent que deux heures plus tard, mais quatre queues (une pour les 30 personnes sans rendez-vous acceptés chaque jour, une pour les demandeurs d’asile, une pour les permis et cartes grises et une dernière pour les personnes qui ont un rendez-vous) se sont déjà formées dans le froid. Une partie des «sans rendez-vous» ont commencé à faire la queue la veille, dès 22 heures, par - 2 °C. Certains ont apporté des chaises, des couvertures, d’autres ont improvisé des lits. Il n’y a rien pour s’abriter de la neige fondue qui tombe.

Les portes s’ouvrent : seuls quinze personnes entrent à la fois, après un contrôle de sécurité. Un grand jeune homme se faufile, en expliquant qu’il était là dès 6 heures du matin et (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Le quadruple meurtre d’Orvault serait lié à des «pièces d’or»
Législatives: pas de vote électronique pour les Français de l’étranger
La justice refait le match entre un promoteur et des associations de droit au logement
Faire battre le FN, «l’ultime devoir» de Hollande et Cazeneuve
François Hollande, résident de la République

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages