De Robert Bourassa à François Legault: régression ou progrès?

Toujours, il a conservé l’indépendance dans son jeu comme un dernier recours, si des circonstances historiques l’exigeaient – on aura compris que pour lui, ces circonstances ne se sont jamais présentées. On se souviendra quand même qu’après l’échec de Meech, il a rappelé, devant l’histoire, que le Québec était libre et maître de son destin, qu’il avait un plein droit à l’autodétermination.