«M», sois bègue et t’es toi

Libération.fr

Malgré ses interprètes au taquet, le premier film de Sara Forestier s’égare dans les méandres d’un scénario alambiqué et les clichés.

Elle, c’est un petit animal sauvage, du genre qui flaire son macaron avant de le manger, avec gros plan sur le gâteau saisi entre des doigts aux ongles pas nets et au travers de cheveux en pagaille. C’est normal : elle est bègue, et orpheline de mère, et poétesse à ses heures, ce qui n’améliore pas son capital cool déjà bien entamé au lycée. Lui, c’est tout le contraire, assez littéralement : parfois il cuisine des macarons, ce qui est moins viril que ce qu’il fait le reste du temps, à savoir traîner dans des bars à strip-tease après une course de voiture dans un parking. Son chez-soi, c’est un bus à deux étages planté face aux barres d’une cité, mais on n’a pas dit le principal encore : il est analphabète et le cache à tout le monde. Voilà pour le pitch boursouflé, aux effets miroir rappelant vaguement ceux du Sur mes lèvres de Jacques Audiard, du premier film réalisé par Sara Forestier, une histoire d’amour nommée M. La comédienne no make up y incarne donc Lila à l’élocution contrariée, et le stand-upper Redouanne Harjane le rôle de Mohamed, dit Mo, son amant. A résumer les choses ainsi, on ne laisse pas grande chance au film, un mélo d’émancipation se développant sur fond de chansons de Christophe et d’intercalages intempestifs d’écrans noirs où s’inscrivent des poèmes (?), par ailleurs ponctué d’emprunts grossiers à diverses esthétiques (Fellini, DePalma…)

M, pourtant, a ses mérites, un sens assez fin de la psychologie, rendu par de jolis éclats bien sentis, tel ce moment où Lila, seule devant son miroir, sourit après sa première nuit avec Mo. La légèreté du montage évite d’en rajouter dans le pathos, et les dialogues sonnent plutôt juste, portés par des acteurs monstres. Jean-Pierre Léaud en père largué et amorphe vissé devant sa télé, et Liv Andren en petite sœur à la langue bien pendue, forment un noyau familial fantasque. Et (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

«Maryline», de tournages en tournées
Ticket d’entrée
Le somptueux retour en grâce des «Tziganes»
vite vu
«Bangkok Nites», passes et impasses

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages