Même dans un village isolé, le coronavirus peut frapper

·1 min de lecture

Au sujet du nouveau coronavirus, on a beaucoup parlé des métropoles ces dernières semaines, centre de l’attention. C’est là qu’ont été prises les premières mesures couvre-feu. Mais depuis quelques jours, les autorités publient les chiffres de la pandémie à l’échelle de la commune. Et on se rend compte que cette deuxième vague n’est pas un phénomène particulièrement urbain. Illustration dans la campagne alsacienne, où le taux d’incidence atteint des sommets dans des villages parfois très isolés. Reportage.

"On a les paysages ! Je plains ceux qui ont un appartement"

À Grendelbruch, dans le Bas-Rhin, le coronavirus a frappé très sévèrement. Le taux d'incidence est désormais supérieur à 1.000 et les habitants, eux, sont hébétés. "Vous pouvez être paumés, sur votre rocher à méditer, mais être touché aussi", remarque un habitant. Preuve de la propagation effrénée de l'épidémie cet automne : le médecin généraliste du village a vu le nombre de cas passer de 0 à 42 en l'espace de dix jours. Il recommande maintenant aux patients qui présentent des symptômes et qui vivent dans un pâté de maisons particulièrement touché de faire des tests. "Quand on voit la contagiosité de cette maladie, il est normal qu'on la retrouve aussi bien à la ville qu'à la campagne", indique le médecin. 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mercredi 28 octobre 

Les habitants de ce petit village alsacien peuvent se consoler sur un point : face au reconfinement qui se profile, eux ...


Lire la suite sur Europe1