"Même s'il y a d'autres avantages..." : pourquoi Maddy Burciaga ne souhaite pas accoucher en France

Plus que quelques jours à attendre pour Maddy Burciaga. D'ici deux semaines en effet, l'épouse de Benjamin Samat deviendra maman pour la toute première fois. Et pour donner la vie à son bébé, la jeune femme n'a pas choisi de rentrer en France, contrairement à Nabilla par exemple. C'est en effet à Dubaï, où elle vit depuis des mois, que Maddy Burciaga compte accoucher. "Je ne vois pas trop l'intérêt d'aller accoucher en France, pour rentrer chez moi à Dubaï. Ici, je suis suivie par ma gynécologue, donc ça me rassure d'accoucher là où j'ai été suivie depuis le début, a-t-elle confié à ses abonnés sur son compte Instagram ce dimanche 18 septembre. Même s'il y a d'autres avantages en accouchant en France, moi, je me sens bien d'accoucher ici."

Sur le réseau social, Maddy Burciaga a ensuite expliqué que, contrairement à ce que beaucoup pensent, le système de santé est aussi avantageux à Dubaï. "Il faut savoir qu'on a une mutuelle, comme en France, qui nous prend en charge dans le monde entier, a lancé l'épouse de Benjamin Samat. Cela veut dire que si j'accouche ou que j'ai une gastro, je n'ai pas besoin d'aller en France pour me faire soigner ou être remboursée. Puisqu'ici, on paye une assurance qui nous prend en charge à 100%." En août dernier déjà, elle défendait son choix d'accoucher loin du pays dans lequel elle a vécu de longues années. Maddy Burciaga expliquait alors en avoir longuement parlé avec le père de son futur bébé, d'accord (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Laurent Jalabert en couple avec une ex-Miss : il s'affiche très amoureux avec la jeune femme
“Ça a pris une tournure…” : Sheila hausse le ton en évoquant Les Enfoirés
Claude Sempère : le déchirant hommage de sa veuve, Dominique, pour son anniversaire posthume
"Comme tous les couples" : Amandine Pellissard (Familles nombreuses) très transparente sur sa vie sexuelle
“Mes derniers instants de bonheur” : ce nouvel hommage bouleversant de Lou Pernaut à son père Jean-Pierre