Même sur la deuxième dose, les Anglais vaccinent beaucoup plus vite que nous

·1 min de lecture

La France s’est-elle trompée de stratégie ? Alors que tout le territoire subit la troisième mouture du confinement, la campagne de vaccination peine encore à prendre son envol. Près de 40.000 nouveaux cas positifs détectés quotidiennement et seulement 14,2 % de la population a reçu au moins une première injection du vaccin contre la Covid-19 depuis le 27 décembre. Et à peine 4,8 % des Français sont totalement protégés contre le virus… Un scénario à des années-lumière de ce qui se produit de l’autre côté de la Manche. Le Premier ministre britannique Boris Johnson peut se targuer, contrairement à Jean Castex et Emmanuel Macron, d’avoir abaissé la courbe des contaminations en dessous des 5.000 cas quotidiens depuis fin mars. Mieux, en plus d’avoir primo-injecté 46 % de sa population, les Britanniques sont presque proportionnellement deux fois plus nombreux - 8,4 % - à être totalement vaccinés.

Certes, la comparaison des niveaux de primo-injections en France et au Royaume-Uni est biaisée puisque les Britanniques ont démarré leur campagne de vaccination contre la Covid-19 le 8 décembre, soit trois semaines avant les États-membres de l’Union européenne (UE). Reste que le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran a opté pour une stratégie vaccinale différente de celle pratiquée outre-Manche, en maintenant les délais conseillés par les laboratoires entre les deux doses du vaccin. Soit 21 à 28 jours pour Pfizer et Moderna, et 9 à 12 semaines pour le produit d’AstraZeneca. C’est (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le masque ne sera plus obligatoire sur la plage en Espagne
“La gestion de la crise Covid met en évidence la dérive des continents”
Légion d’honneur pour les patrons d’aéroclubs : Barbara Pompili recadre Jean-Baptiste Djebbari
Ecole à la maison : la plateforme du Cned à nouveau perturbée
Les prix du pétrole tournent au ralenti