Méthodes d'interpellations des forces de l'ordre: Castaner auditionné au Sénat

En France, le ministre de l'Intérieur était auditionné par la commission des lois du Sénat, jeudi après-midi 25 juin, sur les méthodes d'interpellation des forces de l'ordre. Christophe Castaner est notamment revenu sur l'interdiction de l'enseignement de la clef d'étranglement lors d'une interpellation, une mission de réflexion a été créée.

Face à la commission des lois du Sénat, Christophe Castaner a réaffirmé sa volonté d'interdire en école de police l'enseignement de la technique de l'étranglement pour interpeller un individu.

« À la fois parce qu'elle semble dangereuse, mais parce que si j'enseigne à quelqu'un une méthode qui un jour peut l’amener à être en responsabilité devant un juge, je pense que je commets une faute. Et je veux aussi les protéger en ne leur apprenant pas cette technique qui pourrait demain les conduire face à un juge », a insisté le ministre.

À lire aussi : Violences policières: les forces de l'ordre en colère contre Christophe Castaner

Pour trouver une technique de substitution, Christophe Castaner souhaite s'inspirer de ce qui se fait déjà chez les gendarmes à qui la technique de l'étranglement n'est plus enseignée.

« Et donc j'ai donné un temps très court – deux mois et demi – pour qu'un groupe de travail, qui a été installé il y a quelques jours, qui associe un médecin du RAID, un médecin légiste, un policier par ailleurs judoka, – je crois que c'est une vingtaine de personnes –, puisse définir les moyens, les techniques de substitution, parce que comme vous, je ne veux pas que les policiers soient désarmés dans leurs capacités d'intervention », a expliqué le ministre.

Les techniques de substitution seront ensuite enseignées aux policiers lors de formation dans les mois qui viennent. En attendant, Christophe Castaner rappelle que la technique de l'étranglement peut continuer d'être appliquée.

À lire aussi : Violence et racisme dans la police: les annonces de Castaner se précisent