La Méthode scientifique : la dernière émission de la 5e saison consacrée à la SF

·2 min de lecture

Vendredi 25 juin 2021, c'était la dernière émission de la saison pour La Méthode scientifique, l'émission de France Culture dont Sciences et Avenir est partenaire. Pour cette spéciale science-fiction, retour sur une curieuse illustration des dangers de l'IA avec "l'Ascenseur".

PODCAST. Vendredi 25 juin 2021, c'était la dernière émission de la 5e saison de La Méthode scientifique, l'émission de France Culture dont Sciences et Avenir est partenaire. Fidèle à sa tradition, ce direct a été l'occasion de mettre en avant une quantité d'œuvres de SF, films, séries, romans et BD... Dans Olivier Lascar, rédacteur en chef du pôle digital de Sciences et Avenir - La Recherche, a évoqué le film des années 80 l'Ascenseur.

"Par pitié, prenez l'escalier !" Certes, la phrase d'accroche ne vaut pas la célèbre formule imprimée sur l'affiche d'Alien ("Dans l'espace, personne ne vous entendra crier"), mais celle de l’Ascenseur est explicite. Ce long-métrage néerlandais de 1983, en son temps grand prix du festival international du film fantastique d'Avoriaz, est un film d'horreur consacré à un étrange tueur en série - un ascenseur, donc ! Un opus curieux à revisiter de nos jours, car c'est une illustration des peurs drainées par l'intelligence artificielle, thème singulièrement d'actualité en ce début de 21e siècle.

Un ascenseur rendu fou par son électronique

Cela débute un soir, dans un très grand immeuble résidentiel d’Amsterdam. Une panne de courant survient, et quatre personnes sont coincées dans l’ascenseur. Au retour de l'électricité, les portes demeurent obstinément fermées. Quand finalement elles cèdent, c'est pour révéler ses passagers grillés comme des toasts : violemment déréglé, le système d’air conditionné a transformé la cabine en four. Ce premier massacre donne le ton quant à l’inventivité du cinéaste Dick Maas pour faire de l’ascenseur une arme mortelle, avec des dispositifs différents à chaque fois. Portes ouvertes dans le vide, ascenseur guillotine... Les exécutions s'enchaînent, et le film est baigné d’humour noir sans être parodique.

Si l'ascenseur est rendu fou, c'est bien par le dysfonctionnement de son électronique. La distinction est clairement faite entre la partie mécanique - câbles et poulies - et les microprocesseurs de commande. L[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles