Métal, asthme et voiture électrique : l'actu des sciences en ultrabrèves

·2 min de lecture

Dans cette sélection du 6 janvier 2022 : la découverte d'étoiles datant de 2 milliards d'années, une estimation du poids de la pollution concernant l'asthme pédiatrique et Sony se lance dans les véhicules électriques.

L’actualité scientifique du 6 janvier 2022, c’est :

En espace :

  • Une équipe de chercheurs a découvert un groupe d’une quarantaine d’étoiles contemporaines de la formation de notre galaxie, datant au plus tard de deux milliards d’années après le Big Bang.

  • L’amas découvert par les astronomes est 2500 fois moins élevé en métallicité que le Soleil, ce qui signifie qu’il s’agit d’astres très anciens.

  • Une telle découverte a été rendue possible grâce à 4 instruments : le satellite européen Gaïa, 2 télescopes situés à Hawaï et 1 télescope situé en Espagne.

En nature et environnement :

  • C’est la première fois qu’une étude estime l'impact de la pollution sur l’asthme pédiatrique dans près de 13.000 villes dans le monde.

  • Un problème lié au dioxyde d’azote émis entre autres par les transports routiers et non routiers, les centrales nucléaires, l’industrie manufacturière et l’agriculture.

  • "Des résultats qui suggèrent qu’un air propre doit être un élément important des politiques de santé à destination des enfants", précisent les chercheurs de l’étude.

En high-tech :

  • Lors du salon CES 2022, le géant japonais Sony a présenté sa toute nouvelle division, appelée Sony Mobility et a profité de l’occasion pour présenter un prototype de SUV.

  • Sony met l’accent sur l’électronique embarquée : une quarantaine de capteurs, des caméras et écrans occupant le tableau de bord ainsi qu’une connexion 5G.

  • Aucune date de commercialisation n’est encore annoncée mais la division Sony Mobility sera effective au printemps.

En santé :

  • Une étude menée par des chercheurs de Harvard révèle que l’une des toxines de la bactérie Bacillus anthracis, responsable de la maladie du charbon, peut avoir des effets antalgiques.

  • L’expérience réalisée sur des rongeurs ne révèle aucun impact négatif sur les signes vitaux, ce qui serait avantageux face à des analgésiques comme les opioïdes qui présentent des effets secondaires.

  • Le mécanisme de "transport en commun" de protéines rendu possible par la toxine [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles