Une météorite de plusieurs centaines de tonnes s’est écrasée sur Mars

IPGP – CNES – N. Starter

Le sismomètre de la mission InSight a détecté deux impacts majeurs de météorites sur la planète Rouge. Le plus gros a engendré un cratère de 150 mètres de large, visualisé depuis l’espace par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter. Sur Terre, de telles collisions ne se sont pas produites depuis plusieurs siècles.

Pour sonder les entrailles de Mars et déterminer sa structure interne, la mission InSight de la Nasa s’appuyait surtout sur la vie sismique de la planète. Le sismomètre SEIS (Seismic Experiment for Interior Structure), instrument principal de la mission déposé sur notre voisine rouge en décembre 2019, devaient capter ainsi les secousses sismiques émanant des profondeurs. Et effectivement, après presque trois années d’écoutes minutieuses, le sismomètre conçu principalement par l’Institut de physique du globe de Paris a enregistré plus de 1.300 "tremblements de Mars". En analysant ces signaux, les sismologues ont pu reconstituer ainsi l’organisation interne de la planète, composée d’un noyau de 1.830 kilomètres de rayon, d’un manteau de 1.500 kilomètres et d’une croûte mesurant de 20 à 70 kilomètres d’épaisseur.

De précieux alliés

Mais les équipes d’InSight, avant même le début de la mission, misaient aussi sur d’hypothétiques alliés : les impacts de météorites, qui en traversant la fine atmosphère martienne et en s’écrasant sur le sol produiraient elles aussi des ondes sismiques. Bingo ! Car en septembre 2022, une étude parue dans la revue Nature Geoscience détaillait les tout premiers impacts météoritiques détectés par SEIS. Survenus en février, août et septembre 2021 à moins de 300 kilomètres du site d’atterrissage d’InSight, ils avaient été provoqués par des cailloux de quelques dizaines de kilogrammes. Mesurant jusqu’à 7 mètres de large, les cratères d’impact avaient même pu être visualisés depuis l’espace par la sonde de la Nasa Mars Reconnaissance Orbiter (MRO).

Des magnitudes supérieures à 4

Ce n’était que le prélude à de plus spectaculaires résultats. Car dans la revue Science du 28 octobre 2022, une équipe internationale de géophysiciens annonce que deux impacts beaucoup plus importants ont été détectés par la suite. Les secousses qu’ils ont engendrées font même partie des plus gros évènements sismiques captés depuis 2019 par SEIS, avec des magnitudes d’une[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi