Météo : Gérard, Katrina, Irma... Comment attribue-t-on le nom des tempêtes ?

© MARCEL MOCHET / AFP

Des bourrasques allant jusqu'à 150 km/h sur les côtes bretonnes et près de 90.000 foyers privés d'électricité dans l'ouest et le centre de la France. La tempête Gérard , qui succède à Efrain, draine son lot de nuisances depuis la nuit dernière bien qu'elle perde en intensité ces dernières heures. Ce lundi matin, nombre d'internautes se sont d'ailleurs amusés du prénom attribué à cette tempête qui rappelle un célèbre sketch de Coluche en 1975 baptisé... "Gérard".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Pourtant, l'appellation des tempêtes ne doit rien au hasard et répond à un processus précis, variable selon l'ère géographique considérée. En Europe, cette charge revenait à l'Université de Berlin entre 1954 et 2017. Elle devait, à elle seule, établir une liste de noms choisis par ordre alphabétiques et utilisés suivant l'apparition des tempêtes. En 2002, il était même possible de débourser entre 150 euros et 350 euros pour suggérer un prénom à l'université allemande...

"Communiquer plus efficacement à l'approche d'un phénomène de vent violent"

Mais depuis 2017, les différents États côtiers ont repris la main sur l'attribution des prénoms. Les services météorologiques français, belges, luxembourgeois, espagnols et portugais coopèrent pour faire ém...


Lire la suite sur Europe1