Météo France annonce 33 jours de canicule durant l’été 2022, un record

A woman has a drink with in background a pharmacy thermometer showing 42°C in Aigre, Charente, western France on June 17, 2022. - French officials have urged caution as a record pre-summer heatwave spread across the country from Spain, where authorities were fighting forest fires on a sixth day of sweltering temperatures. The Meteo France weather service said it was the earliest hot spell ever to hit the country, worsening a drought caused by an unusually dry winter and spring, and raising the risk of wildfires. (Photo by YOHAN BONNET / AFP)
YOHAN BONNET / AFP A woman has a drink with in background a pharmacy thermometer showing 42°C in Aigre, Charente, western France on June 17, 2022. - French officials have urged caution as a record pre-summer heatwave spread across the country from Spain, where authorities were fighting forest fires on a sixth day of sweltering temperatures. The Meteo France weather service said it was the earliest hot spell ever to hit the country, worsening a drought caused by an unusually dry winter and spring, and raising the risk of wildfires. (Photo by YOHAN BONNET / AFP)

YOHAN BONNET / AFP

La barre des 40 degrés -comme ce 17 juin en Charente- a souvent été franchie durant l’été 2022 en France, selon les données publiées par Météo France.

ÉTÉ - En météo, l’été se termine à la fin du mois d’août. Ce mardi, Météo France a confirmé ce que les dernières semaines nous ont laissé entendre : l’été a été très très chaud. Il est même exceptionnel selon les données révélées par l’organisme.

L’été 2022 a en effet battu un record avec 33 jours de vague de chaleur. La série avait commencé le 15 juin, qui fut le jour le plus chaud le plus précoce. Au niveau des températures, aussi, les mois de juin-juillet-août ont été presque jamais vus. Avec 2,3 degrés en moyenne au-dessus des normales de saison, ils furent les plus chaud enregistrés depuis le début 1900, si l’on excepte le record de 2003.

Et l’avenir s’annonce similaire. Compte tenu du niveau déjà atteint des émissions de gaz à effet de serre, « on s’attend à ce que les étés soient de plus en plus chauds voire plus chauds que l’été 2022, ce qui n’exclura pas de temps à temps, à l’instar de l’été 2021, des étés relativement frais », a expliqué Samuel Morin, directeur du Centre national de recherches météorologiques (CNRM). D’ici la moitié du XXIe siècle, la moitié des étés seront similaires à celui que l’on vient de vivre.

Plus d’informations à suivre...