Ménopause : les clés pour une sexualité épanouie

·1 min de lecture

"SGUM" : non, ce n'est pas le nom d'une confiserie... C'est l'acronyme désignant le Syndrome génito-urinaire de la ménopause. Autrement dit les transformations de l'appareil génito-urinaire de la femme sous l'effet de la carence en œstrogènes.

Ces hormones ont notamment une action sur la tonicité du périnée, sur la trophicité de la muqueuse vaginale (qui reste épaisse et souple tant qu'elle est stimulée par ces hormones), sur la vulve et même sur la vessie.

Le résultat : quand les hormones féminines font défaut, la zone urogénitale perd de sa tonicité, les organes pelviens sont moins bien soutenus, la muqueuse tend à s'affiner, voire à s'atrophier, la vulve s'assèche. Si l'on n'y prend pas garde, une série de symptômes peuvent insidieusement s'installer : cystites à répétition, pertes urinaires, sécheresse vaginale, rapports sexuels douloureux et, dans certains cas, un prolapsus, la fameuse "descente d'organe".

Pas de panique, tous ces signes peuvent être prévenus et corrigés ! Et plus on s'y prend tôt, mieux c'est.

Vive les sextoys

La sexualité est une fonction qui s'use si on ne s'en sert pas... Chaque fois que la muqueuse vaginale est mise en tension, ses fibroblastes sont stimulés. Ils fabriquent de nouvelles cellules et de l'eau... La muqueuse est donc à la fois plus souple et plus hydratée.

Si vous n'avez jamais tenté l'expérience, osez le sextoy... C'est presque une prescription médicale !

À tout âge, on protège son intimité

Hygiène intime, (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Cas de thromboses avec le vaccin AstraZeneka : l'ANSM recommande de poursuivre la vaccination
Covid-19 et octofene : que sait-on de ce médicament testé par l'Institut Pasteur de Lille ?
DIRECT. Covid-19 en France ce 12 mars : chiffres, annonces
La 5G est-elle dangereuse pour la santé ?
L'utilisation prolongée des écouteurs nuit-elle à notre audition ?