Mémorial de la Shoah à Paris : la Russie soupçonnée d'être derrière les tags de mains rouges

D'après des informations du Canard enchaîné et confirmé par franceinfo, mardi, les services russes seraient derrière les tags de mains rouges retrouvés mi-mai sur le "Mur des Justes" à l'extérieur du Mémorial de la Shoah à Paris.

Plus d'une semaine après la profanation du "Mur des Justes" à l'extérieur du Mémorial de la Shoah et sur plusieurs bâtiments du quartier historique juif à Paris, les enquêteurs privilégiaient, mardi 21 mai, la piste d'une déstabilisation en provenance de la Russie, selon des informations du Canard enchaîné.

D'après l’hebdomadaire, les deux tagueurs supposés sont des ressortissants bulgares ainsi que leur complice chargé de filmer la scène. Les enquêteurs ont en effet pu retracer le parcours des suspects grâce aux images de vidéosurveillance. Sur celles-ci, on peut les voir, dans la nuit du 13 au 14 mai, taguer le "Mur des Justes" avec des mains rouges. Franceinfo rapporte également que les enquêteurs ont rapidement pu les identifier grâce à leur téléphonie.

Les policiers chargés d'enquêter sur cette affaire creusent la piste de trois suspects ayant fui à l'étranger, a indiqué mercredi le parquet, confirmant l'information du Canard enchaîné.

"Porter atteinte à la mémoire de ces héros"

Plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées dans la soirée à l'extérieur du Mémorial de la Shoah pour dénoncer un acte de "profanation".

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
La France a enregistré "366 faits antisémites" au premier trimestre 2024, annonce Gabriel Attal
En France, les crimes et délits racistes, xénophobes ou antireligieux ont augmenté de 32 % en 2023
"Il manquait un monument pour eux" : une nouvelle œuvre virtuelle au Mémorial de la Shoah