Le mémorial du génocide arménien près de Lyon tagué d'inscriptions pro-Turquie

·2 min de lecture
Un militaire monte la garde devant le Mémorial du génocide et le centre national de la mémoire arménienne tagués, le 1er novembre 2020 à Décines-Charpieu, près de Lyon

Le mémorial du génocide arménien près de Lyon tagué d'inscriptions pro-Turquie

Un militaire monte la garde devant le Mémorial du génocide et le centre national de la mémoire arménienne tagués, le 1er novembre 2020 à Décines-Charpieu, près de Lyon

Le mémorial du génocide et le centre national de la mémoire arménienne, près de Lyon, ont été tagués dans la nuit de samedi à dimanche d'inscriptions pro-Turquie et d'insultes, a dénoncé dimanche le Comité de défense de la cause arménienne (CDCA).

Ces profanations ont été découvertes dimanche matin par des représentants associatifs, à Décines-Charpieu (Rhône), haut lieu de la diaspora arménienne en France. Une enquête de police est ouverte.

A la bombe jaune fluo, les deux édifices séparés de quelques mètres seulement ont été tagués des inscriptions "RTE" – acronyme des initiales du président turc Recep Tayyip Erdogan – "Loups Gris", un mouvement ultra-nationaliste turc, et "Nique l'Arménie".

Le CDCA et la Maison de la Culture arménienne de Décines et de ses environs ont déposé plainte dimanche auprès du parquet de Lyon pour "profanation de monuments édifiés à la mémoire des morts" et "dégradation", a indiqué à l'AFP leur avocate, Me Naïri Zadourian.

"C'est terrible ce qu'il se passe dans le Nagorny Karabakh et cette guerre se prolonge en France, il faut y mettre un terme", a ajouté Me Zadourian.

"Ces profanations insupportables (...) s'inscrivent dans une série d'événements visant à terroriser et intimider les citoyens français d'origine arménienne", a estimé le CDCA.

Et de citer une "première descente" des Loups Gris à Décines le 24 juillet. Puis, le 28 octobre dernier une nouvelle descente, qui faisait suite à une rixe sur l'autoroute A7 à l'occasion d'une manifestation d'Arméniens pour la défense du Nagorny Karabakh, qui avait fait 4 blessés.

Le CDCA "dénonce la très grave passivité de l'Etat" et rappelle sa demande de dissolution des Loups Gris.

"Il est temps de dissoudre #Loupsgris et toutes les associations qui prônent la haine et la violence en France", a réagi sur Twitter Francis Kalifat, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

La maire (LR) de Décines, Laurence Fautra, a réitéré dimanche auprès du préfet sa demande d'une "protection pérenne et physique" du quartier de la Petite Arménie.

Des militaires de l'opération Sentinelle arrivaient justement sur les lieux à la mi-journée, a affirmé la maire à l'AFP.

"On espère une communication de soutien du consul de Turquie à Lyon et qu'il prône un message de paix", a ajouté Mme Fautra. "On ne peut pas continuer comme ça ! On n'est pas une zone de guerre mais une mosaïque de cultures qui vivent en paix".

Le préfet Pascal Mailhos a "condamné fermement les dégradations commises cette nuit". "Tout sera fait pour retrouver les auteurs de ces profanations", a-t-il assuré sur Twitter.

Ville phare de la diaspora, Décines-Charpieu (30.000 habitants) abrite deux églises arméniennes, une radio arménienne, une maison de la culture. Le mémorial du génocide arménien de 1915 est le premier à avoir été érigé en Europe en 1972.

sla-mk/dar/zl

Ce contenu peut également vous intéresser :