Mémoire. Polémique en Namibie après la reconnaissance par l’Allemagne du génocide commis il y a un siècle

·1 min de lecture

Plus d’un siècle après le massacre de 75 000 Héréros et Namas en Namibie, l’Allemagne a, pour la première fois, reconnu avoir perpétré un génocide. Elle s’est engagée à verser 1 milliard d’euros. Un geste présenté comme une volonté de réparation, mais qui est reçu comme une insulte sur place.

Il aura donc fallu plus d’un siècle. Pour la première fois, jeudi 27 mai, l’Allemagne a reconnu avoir commis “un génocide” en Namibie. “À la lumière de la responsabilité historique et morale de l’Allemagne, nous allons demander pardon à la Namibie et aux descendants des victimes” pour les “atrocités” commises, a déclaré le ministre des Affaires étrangères allemand, Heiko Maas. Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, doit prochainement se rendre à Windhoek pour présenter ses excuses au peuple namibien.

Dans l’actuelle Namibie, alors colonisée, entre 1904 et 1908, les troupes allemandes décidées à mater la révolte des populations asservies ont décidé de les exterminer. Au moins 75 000 personnes des ethnies Héréro et Nama ont été massacrées lors de ce qui est considéré comme le premier génocide du XXe siècle.

À lire aussi: Cent ans après le génocide des herero. L’Allemagne découvre son sanglant passé africain

Un pan de l’histoire longtemps recouvert de silence et dont la reconnaissance a fait l’objet d’âpres négociations. Il a fallu pas moins de cinq années pour que Windhoek et Berlin s’accordent sur les termes de cette déclaration historique. L’Allemagne s’est également engagée à “titre de réparation” à débloquer 1 milliard d’euros sur trente ans. Pourtant cette décision fait polémique.

Instrumentalisation

C’est “une insulte à la Namibie”,

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles