Comment notre mémoire choisit-elle nos souvenirs ?

© TEK IMAGE / SCIENCE PHOTO LIBRARY / ABO / SCIENCE PHOTO LIBRARY VIA AFP

Des chercheurs américains de l'Université de Yale ont décortiqué l’activité cérébrale de patients volontaires équipés d’implant. Grâce à cette expérience inédite, ils ont identifié un nouveau facteur déterminant pour le stockage des souvenirs lointains dans notre mémoire  : la valeur prédictive. Pour Francis Eustache, neuropsychologue à l’École Pratique des Hautes Études de Paris, ces travaux publiés dans la revue Journal of Neuroscience ouvrent de nouvelles perspectives de compréhension de la mémoire à long terme, c’est-à-dire les souvenirs qui datent de notre petite enfance ou de notre adolescence.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"La mémoire, c'est un voyage mental dans le temps"

"L’idée développée par ces chercheurs, c'est que notre mémoire est prospective et plus seulement rétrospective. Une information, si vous percevez qu’elle a une conséquence pour l’avenir, votre cerveau va la mémoriser", explique Francis Eustache. Par exemple, si vous circulez à deux roues, c’est le souvenir de cette violente chute sur ce petit vélo rouge à l’âge de six ans qui va vous pousser instinctivement à plus de vigilance aujourd’hui, alors que vous n’avez qu’une image furtive de votre dix-huitième anniversaire ou de votre premier jour de travail.

"La mémoire, c'est un voyage mental dans le temps, qui certes nous permet de consulter notre passé mais qui nous projette en même temps vers l’avenir", ajoute-t-il au micro d'Europe 1. Notre cerveau fonctionne donc comm...


Lire la suite sur Europe1