Mélenchon oppose une fin de non-recevoir à l'appel à l'union de Hamon

Jean-Luc Mélenchon était en meeting au Havre (Seine-Maritime) ce mercredi. Après l'appel lancé à son endroit par Benoît Hamon, le leader de la "France insoumise" a refusé tout net d'ouvrir de nouvelles discussions avec le candidat du Part socialiste.

Au Havre, dans une salle bondée où il donnait son meeting, Jean-Luc Mélenchon a refusé sans ambiguïté d'entrer en négociations avec le candidat du Parti socialiste, en vue d'une éventuelle candidature unique. "J'ai marché avec vous mon chemin, sans jamais céder à rien. Et je ne vais pas commencer aujourd’hui à faire le contraire ou à m’engager dans je ne sais quel arrangement qu’on me suggère de faire." Plus tôt ce mercredi, Benoît Hamon, décroché dans les sondages par son voisin de gauche, avait lancé à Jean-Luc Mélenchon, les communistes et la "France insoumise" un appel au rassemblement

"Qu'allait-il faire dans cette primaire?"

Le candidat de la "France insoumise" s'est félicité de n'avoir pas participé à la primaire à gauche. "Dites, de temps à autres, on peut quand même se dire content de ses choix. Parce que sur quel ton ne m’a-t-on pas demandé d’aller dans cette primaire ?", a noté Jean-Luc Mélenchon. Le député européen a poursuivi en faisant allusion à la situation difficile du vainqueur de cette primaire, Benoît Hamon, miné par les défections en faveur d'Emmanuel Macron au sein de son propre camp, à commencer par celle de l'ex-Premier ministre, ce mercredi, Manuel Valls: "Et maintenant, j’ai envie de vous faire du Molière : ‘Qu’allait-il faire dans cette primaire ?’, paraphrasant ici une célèbre réplique des Fourberies de Scapin du dramaturge...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages