Mélenchon n'exclut pas un "troisième tour social"

Jean-Luc Mélenchon, candidat de "La France insoumise" à l'élection présidentielle, a prédit mardi un "troisième tour social" au vu de la colère grandissante notamment des agents de la fonction publique hospitalière qui sont, selon lui, à bout. /Photo prise le 27 février 2017/REUTERS/Regis Duvignau

PARIS (Reuters) - Jean-Luc Mélenchon, candidat de "La France insoumise" à l'élection présidentielle, a prédit mardi un "troisième tour social" au vu de la colère grandissante notamment des agents de la fonction publique hospitalière qui sont, selon lui, à bout.

A la question de savoir s'il pensait qu'on se dirigeait vers un "troisième tour social" et s'il sentait monter une certaine forme de colère, le co-fondateur du Parti de Gauche a répondu sur RTL : "Dans l'hôpital, c'est tout à fait évident".

"Ce qui est sûr c'est qu'il y a une illusion parmi les technocrates, ils sont dans des logiques d'entreprise, ils croient qu'on peut toujours presser sur le citron et qu'il continuera à couler du jus", a-t-il souligné. "Ce n'est pas vrai."

"On est en train d'atteindre la limite de ce que les gens peuvent donner", a-t-il poursuivi. "Nous avons deux situations possibles : l'une qui serait la colère qui exploserait à l'ancienne - moi je la souhaite et j'aimerais bien qu'elle intervienne avant même l'élection présidentielle - ou bien il y a une autre hypothèse qui existe, c'est des pays qui s'effondrent et c'est plutôt ça que je crains".

Entre 10.000 et 12.000 personnes ont manifesté mardi à Paris, selon la préfecture de police, pour défendre les service public, à l'appel des fédérations de fonctionnaires CGT, FO, Solidaires et FA-FP.

Plusieurs candidats à l'Elysée - François Fillon (Les Républicains) et Emmanuel Macron (En Marche!) - préconisent notamment dans leur programme une réduction des effectifs des fonctionnaires.

"L'hôpital public a été traité comme une entreprise, on a inventé le paiement à l'acte", a dit Jean-Luc Mélenchon, qui a participé à la manifestation. "On manque de personnel partout, les gens n'en peuvent plus, le truc ne tient que parce que les gens se dévouent d'une façon tout à fait inouïe".

Le scénario d'un "troisième tour social" a été évoqué dès novembre par le numéro un de la CGT Philippe Martinez qui a prévenu que la "mobilisation sera[it] d'actualité" en cas d'application du programme de la droite en matière sociale.

(Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages