"Mélenchon joue cavalier seul": Roussel tance Mélenchon le jour de l'ouverture de la fête de l'Humanité

Fabien Roussel et Jean-Luc Mélenchon sur le plateau de France 2 le 31 mars 2022 - Thomas COEX / AFP
Fabien Roussel et Jean-Luc Mélenchon sur le plateau de France 2 le 31 mars 2022 - Thomas COEX / AFP

Des relations qui peinent à s'apaiser. Pour l'ouverture de la Fête de l'Humanité ce vendredi, Fabien Roussel remet une pièce dans la machine de la discorde avec Jean-Luc Mélenchon.

"ll était invité tous les ans par le journal l'Humanité mais il avait décidé de bouder. Je suis content qu’il ne boude plus. Il a refusé de débattre samedi après-midi avec les autres responsables de gauche. Je regrette que Jean-Luc préfère jouer cavalier seul", avance le patron du Parti communiste dans les colonnes du Parisien.

Des rapports très tendus depuis la campagne

Le dirigeant de La France insoumise, qui fait son grand retour à cet évènement incontournable à gauche ce samedi, n'était pas venu depuis 6 ans.

Pas question cependant de débattre directement avec Fabien Roussel. Jean-Luc Mélenchon sera seul en scène, interrogé par des journalistes de L'Humanité.

Si l'heure semble être au réchauffement (timide) entre les deux hommes, ils n'ont manifestement pas oublié les différents épisodes qui ont émaillé leurs rapports ces dernières années.

Après deux présidentielles sans candidature communiste, alors que le PCF avait décidé de se rallier à Jean-Luc Mélenchon, 2022 a marqué le grand retour du siège du Colonel Fabien dans la course à l'Élysée. Au grand dam des insoumis.

Des insoumis accusent Roussel de les avoir empêché d'affronter Macron

Alors que Jean-Luc Mélenchon a récolté 22,2% des voix au premier tour, Fabien Roussel et son score de 2,3% l'auraient empêché d'accéder au second tour, d'après plusieurs députés insoumis comme Alexis Corbière et Adrien Quatennens.

Les fractures idéologiques entre les deux hommes sont également nombreuses, du nucléaire à la sécurité, en passant par l'immigration. De quoi nourrir des réserves chez les communistes pendant les négociations des législatives entre les deux partis, ces derniers jugeant également le nombre de circonscriptions gagnables trop faibles à leur goût.

Si la France insoumise réfléchit désormais à une liste commune avec tous ses partenaires de la Nupes pour la prochaine échéance électorale - celle des européennes en 2024-, Fabien Roussel met en garde.

Pas envie des "critiques" de Roussel

"Il y a la question du contenu. Quid du nucléaire? Des traités européens? De la paix? Du travail? Et sur cette question, je défends le travail et le salaire et pas un revenu d’assistance même s’il est universel, c’est fondamental", affirme encore le député du Nord auprès de nos confrères.

Ces bémols n'empêchent pas la France insoumise de débattre avec lui. C'est Mathilde Panot qui sera sur scène à ses côtés ce samedi pour envisager l'avenir de la Nupes, aux côtés d'Olivier Faure et Julien Bayou, également présents.

Dans le camp de Jean-Luc Mélenchon, on assume ne pas avoir souhaité débattre directement avec le communiste. "Nous ne sommes pas là pour faire le buzz et Fabien Roussel est parfois dans la critique et dans les piques. Nous n'avions pas envie de ça", justifie le député LFI Antoine Léaument, auprès de BFMTV.com

Article original publié sur BFMTV.com