Mélenchon, Hidalgo, Jadot… les “grands” candidats à la traîne de la primaire populaire de gauche

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Y-a-t-il une femme ou un homme capable de réunir les différentes écuries de la gauche pour 2022 ? Alors que les candidatures partisanes se multiplient de ce côté de l’échiquier politique, créant les conditions d’une défaite probable en 2022, une poignée de militants croit encore à la possibilité d’une candidature unique de la gauche à la présidentielle.

Comment ? Grâce à la primaire populaire. Cette plateforme en ligne, lancée le 11 juillet dernier, invite tous les citoyens qui adhèrent à un socle de valeurs communes à parrainer les candidats qu’ils souhaitent voir participer à une primaire, à la fin du mois de novembre. Si les chances que le projet aboutisse sont incertaines — pour l'instant, seules trois personnalités (Sandrine Rousseau, Pierre Larrouturou et Gérard Filoche) ont déjà donné leur accord pour prendre part à la primaire — la plateforme, qui revendique 72.000 inscrits à la date du jeudi 19 août, a le mérite de mettre en lumière les personnalités qui suscitent l’adhésion.

À ce stade, 16 personnalités compatibles avec un socle de dix propositions, peuvent recevoir des parrainages. Parmi les mesures phares portées par la primaire populaire : la réduction du temps de travail, l’augmentation du SMIC, la restauration de l’ISF, ou encore, sur le plan des institutions, la reconnaissance du vote blanc et la proportionnelle aux législatives. Au-delà des 16 premiers candidats, “d’autres noms sont en cours de validation”, affirme à Capital Samuel Grzybowski.

Le porte-parole (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Troisième dose de vaccin anti-Covid : Biden se porte volontaire
Les héritiers de James Bond ne pourront pas profiter de ses millions
Une escroquerie à la fausse poubelle sévit dans la Vienne
Vaccins : selon une étude, l'efficacité de Pfizer décline plus vite qu'AstraZeneca face au variant Delta
Les gendarmes seront bientôt obligés de se vacciner

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles