Mélenchon, le dernier combat… à moins que

Libération.fr

En cas de défaite, le meneur de La France insoumise, sans vrai héritier, pourrait se faire élire député.

Mardi à Dijon, lors de son dernier grand meeting avant le premier tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a terminé la soirée avec une touche de ferveur. Et une autre de mélancolie : «Aucun d’entre nous ne mène un combat pour lui-même. On nous croyait disparus. Nous sommes là. Nous avons construit une force qui entraîne toujours davantage de monde. Sans magouilles et sans combines. Je pense que beaucoup vont bientôt regretter le modéré que je suis.»

«Prochain coup». La suite de la vie politique de Mélenchon - qui approche des 66 bougies - en cas de défaite dans sa course à l’Elysée, reste un mystère pour beaucoup, même au sein de son entourage. Il y a quelques mois, pourtant, le candidat de La France insoumise avait lancé une piste. Il avait expliqué que cette présidentielle serait la dernière pour lui. Une sorte de dernier combat. Sauf que, depuis un petit moment, les choses ont changé : sa dynamique de fin campagne, qui le place parmi les prétendants sérieux pour le second tour, l’invite à la réflexion. Jeudi matin, sur RMC, interrogé sur «l’après», le député européen est resté vague. «Mon dernier combat ? Sûrement pas. Je combattrai jusqu’à mon dernier souffle. Ma dernière élection ? Je ne sais pas vous dire.»

Un proche se rassure à voix haute : «Si nous n’arrivons pas au pouvoir aujourd’hui, nous aurons encore besoin de lui pour le prochain coup.» Et rappelle que son candidat a «dix ans de moins» que Bernie Sanders, l’ex-candidat «socialiste» à la primaire démocrate américaine et avec qui Jean-Luc Mélenchon dresse souvent un lien.

Dimanche soir, si sa course à l’Elysée s’achève, les regards risquent de se tourner très vite vers lui. Que fera-t-il lors des législatives ? Il y a cinq ans, en 2012, il avait défié Marine Le Pen à Hénin-Beaumont. A l’époque, il avait dû encaisser une sévère défaite. Cette fois, certaines rumeurs l’envoient en Ile-de-France, (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Pour les vaincus, plus dure sera la suite
ils ont tout à perdre et plus encore
Désert d’avenir chez les socialistes
Macron, danse de la victoire ou Valls du désespoir
Chez Les Républicains, le ménage en cas naufrage

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages