Mélenchon demande "émulation plutôt que compétition" à la Nupes

Jean-Luc Mélenchon a demandé "émulation plutôt que compétition" à ses partenaires socialistes, écologistes et communistes de la Nupes, dimanche en clôture des "Amphis" de LFI dans la Drôme, estimant que les abstentionnistes ne seraient pas convaincus par des "querelles".

Pour preuve, a-t-il souligné devant les 5.000 personnes de l'assistance annoncées par LFI, au Palais des congrès de Châteauneuf-sur-Isère, il a dit oui à Olivier Faure sur sa proposition de référendum d'initiative partagée (RIP) concernant les super-profits.

Le leader insoumis a en effet estimé qu'il fallait davantage "taxer les profiteurs de crise" dans une période de "tiers-mondisation" de la France, et désigné un responsable, Emmanuel Macron, "extra-planétaire". "Comment ose-t-il parler d'abondance, ça fait cinq ans que cet homme a vidé les poches de tout le monde... C'est une sorte de fantôme du XIXe et du XXe siècle qui est apparu là sur son jet-ski?", a-t-il lancé.

M. Mélenchon a expliqué avoir approuvé "la proposition du PS, parce que le PS, qui est en train de se reconfigurer nous intéresse comme partenaire".

Il a précisé que les Insoumis "se mobiliseront pour rassembler les 4,5 millions et demi de voix" nécessaires si le processus recueille d'abord, comme il est nécessaire, le soutien de 20% des membres du parlement.

Par ailleurs, le président LFI de la commission des Finances Eric Coquerel va lancer une "mission flash" sur la taxation des superprofits, et les Insoumis une pétition.

"Merci à Olivier Faure d'avoir fait cette proposition parce qu'elle garantit que la Nupes vivra", a insisté M. Mélenchon.

Car le troisième de la présidentielle (22%), qui a uni la gauche derrière lui aux législatives, a battu le rappel des partenaires tentant de se prémunir de l'hégémonie insoumise. "Il ne s'agit pas d'être en compétition, de se différencier par quelque méchanceté: plutôt que la compétition, l'émulation, être les meilleurs pour défendre le peuple", a-t-il plaidé.

Il s'est projeté sur la marche d'octobre, en cours de négociation entre partis de la Nupes, syndicats et associations: "Tous ensemble nous allons préfigurer ce nouveau front populaire dont nous avons besoin pour renverser la table".

Et Jean-Luc Mélenchon a demandé aux militants de la Nupes d'organiser tous azimuts des "assemblées de circonscription".

- "Objet vivant" -

Avant lui, plusieurs responsables des autres organisations de la Nupes ont pris la parole. Le porte-parole du PS Pierre Jouvet, très volontariste sur l'alliance dont il a été négociateur, a reçu des applaudissements nourris quand il a remarqué avec malice que "le PS pendant des années était plutôt habitué à clôturer les universités d'été du Medef".

En revanche les écologistes, par la voix de Léa Balage El-Mariky, ont tenu à rappeler leur identité historique - "nous avons parfois défendu l'écologie sans vous" - et mis un bémol, comme le communiste Léon Deffontaines: "Ne nous voilons pas la face, cet accord n'aura pas réussi à inverser la tendance" pour gagner les législatives.

Le député LFI Matthias Tavel, qui contribue aux discours de M. Mélenchon, a en retour prévenu sans ménagement, auprès de l'AFP: "la Nupes, ce n'est pas qu'une machine à cash électorale, les électeurs n'ont pas voté pour payer 23 députés écolos mais une autre politique dans le pays".

Selon lui, "les déséquilibres des forces ce n'est pas nous qui les avons créés ce sont les électeurs". Même si, a-t-il rassuré, "la Nupes est un objet vivant" et c'est à chaque parti d'être créatif.

Impensable il y a plusieurs mois, le PS semble le plus proche de LFI. "Faure est content d'avoir pu solder aussi vite la présidentielle", où sa candidate Anne Hidalgo a réalisé un abyssal 1,7%, a jugé Matthias Tavel.

Le PS va en revanche devoir s'habituer à la conflictualité insoumise, a confié à l'AFP le député de la génération montante Louis Boyard: "Le bloc absentionniste n'attend pas qu'on prenne des gants. C'est à eux qu'on veut parler. On est persuadés que c'est la bonne stratégie".

Déplaire aux modérés ne l'inquiète pas: "Les sociaux-démocrates, ils sont venus à la présidentielle" en vertu du vote utile.

bap/jmt/swi