Pour Mélenchon, il y avait "plus d’abayas" pour Charles III à Versailles que "dans les collèges"

Abayas et robes de gala sont assez similaires, pour Jean-Luc Mélenchon. Dans une interview donnée au Parisien à l'occasion de la sortie de son nouveau livre, le leader de la France insoumise a estimé que le dîner organisé au château de Versailles à l'occasion de la visite du roi britannique Charles III avait donné lieu à la présence d'une multitude de robes longues.

Or, pour lui, leur nature couvrante s'apparente à celle des abayas, ces vêtements considérés comme expression de la religion musulmane par le gouvernement et dont le port a été interdit fin août dans les établissements scolaires.

"Avec toutes ces robes longues, il y avait plus d'abayas au mètre carré à la réception de Charles III à Versailles qu'il n'y en a jamais eu dans aucun collège", s'est ainsi amusé Jean-Luc Mélenchon.

"L'abaya n'est pas un habit religieux"

Et de dénoncer ce qu'il considère comme un deux poids, deux mesures: "pourquoi réserver cette créolisation de la mode aux riches? Mon livre dit: la créolisation, c'est l'avenir de l'humanité".

Jean-Luc Mélenchon a déjà exprimé son opposition à la décision d'interdire le port de l'abaya dans les établissements scolaires. Il estime, comme il l'a rappelé dans cette interview, que "l'abaya n'est pas un habit religieux, les autorités religieuses elles-mêmes le disent", en l'occurrence le Conseil français du culte musulman (CFCM). Il a également mis en garde contre le fait de "stigmatiser ainsi une partie de la population française, c'est un grand danger pour l'unité du pays".

Depuis l'annonce de l'interdiction fin août, la décision a été confirmée par le Conseil d'État à deux reprises. Le jour de la rentrée, le 4 septembre, 298 élèves s'étaient présentées en abaya devant leur établissement et 67 avaient refusé de l'enlever et étaient donc rentrées chez elles, avaient fait savoir le ministre de l'Éducation nationale Gabriel Attal.

Article original publié sur BFMTV.com