De Mélenchon à Zemmour, pourquoi aucun candidat ne se démarque

·1 min de lecture

Une ligne de départ sans vraiment de favoris. À cinq mois de l'élection présidentielle, peu de candidats déclarés (ou non) semblent être en très bonne position pour occuper l'Élysée dans les cinq ans à venir. La cause peut-être à une campagne pré-électorale qui s'enlise, malgré une actualité fournie, selon l'éditorialiste Nicolas Beytout. Pour le directeur du journal L'Opinion, les différents postulants à la fonction de président de la République n'arrivent pas à se faire entendre.

Mélenchon, Jadot, Hidalgo : toute la gauche est en manque de dynamique

De nombreux candidats déclarés semblent avoir du mal à traverser la séquence. C’est par exemple très frappant à gauche, où Jean-Luc Mélenchon, Anne Hidalgo et Yannick Jadot cherchent tous les trois (et pour l’instant en vain) un nouveau souffle. Le leader de La France insoumise a bien présenté son programme, la semaine dernière, mais sa radicalité n’a pas fait trembler les colonnes du temple. Il faut dire qu’avec ses 700 propositions sur le Smic, la retraite à 60 ans ou la désobéissance aux traités européens, le candidat Mélenchon donne un peu l’impression de se répéter. Cela fait déjà un an qu’il a annoncé sa candidature, et qu’il peine à retrouver la dynamique de sa campagne de 2017. C’est long.

Même grisaille au-dessus de la tête de la candidate officielle du Parti socialiste. Anne Hidalgo a démarré cette semaine un nouveau tour de France, cette fois sur l’emploi et le pouvoir d’achat. Elle essaye laborieusement de se faire c...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles